Un article (*) de William Kilpatrick, un auteur américain enseignant au Boston college, collaborateur entre autre de NCR, CWR, First Things, etc., qui fait le point sur les hommes qui entourent le Pape, tout particulièrement aux USA, généralement de l’écurie McCarrick, et réunis par une « appartenance » commune. Rien de nouveau, mais une nouvelle (et utile) piqûre de rappel.


(*) Cité par Marco Tosatti

Les drôles d’associés de François

William Kilpatrick
Crisis Magazine
8 août 2019
Ma traduction

On aurait pu supposer qu’un pape radical comme François garderait au moins quelques conservateurs symboliques dans son entourage. Mais au contraire: beaucoup des hommes qu’il a nommés sont bien à gauche de sa propre image publique. On peut en apprendre beaucoup sur l’esprit du Saint-Père en étudiant les hommes auxquels il confie pouvoir et autorité.

Prenons la nomination de l’archevêque Vincenzo Paglia à la tête de l’Institut pontifical Jean-Paul II pour le mariage et la famille. Le changement de régime a eu lieu il y a deux ans; à présent, comme prévu, Paglia procède à une purge stalinienne de l’Académie . Tous les membres de l’Institut qui adhèrent aux vues de Jean-Paul II sur le mariage et la moralité se voient remettre des feuillets roses (pink slips: lettres de licenciement) – une couleur qui suggère la nouvelle direction que Paglia a en tête pour l’Institut.

Bien sûr, c’est l’hommeaujourd’hui célèbre pour avoir commandé une énorme fresque homo-érotique pour «orner» un mur intérieur de sa cathédrale. Sur la photo, on voit un archevêque Paglia à demi-nu (sa moitié inférieure est heureusement protégée par un drap). On le voit agrippant un homme nu qui lui rend son étreinte.

Il se peut que les Italiens aient une vision plus détendue de ces choses; mais, à quelques exceptions près, il est difficile d’imaginer une église catholique en Amérique qui oserait imposer un tel tableau à sa congrégation. De même, il est difficile d’imaginer que des familles catholiques envisageraient de suspendre une reproduction du tableau si moralement déroutant sur le mur de leur salon.

Pourtant, l’évêque à poil est à présent l’homme chargé de nous expliquer ce qu’est le mariage, la famille et la sexualité. Puisqu’une image vaut mille mots, il n’est pas nécessaire d’en dire plus sur l’archevêque Paglia et pourquoi il ne semble pas vraiment convenir au poste qu’il occupe à présent.

Passons maintenant à d’autres exemples de personnes nommées par François qui ont déclenché l’alarme sur le compteur de détection de parti-pris.

Le cardinal Theodore McCarrick est l’exemple le plus évident. Après que son modèle de prédation fût reconnu et que le pape Benoît lui eût ordonné de se retirer pour mener une vie de prière et de pénitence, McCarrick a été réhabilité par le pape François et est devenu un nonce officieux dans divers États totalitaires. L’ambassadeur itinérant aux yeux fureteurs a également été chargé de recommander des nominations épiscopales clés, bien que cet emploi appartienne à juste titre au véritable nonce aux États-Unis.

En conséquence, plusieurs protégés de McCarrick ont rapidement gravi les échelons. Le cardinal Donald Wuerl a été promu à la Congrégation pour les évêques, le LGBT-friendly Blaise Cupich a été nommé archevêque de Chicago, et le fervent défenseur des LGBT, Joseph Tobin, a été nommé à l’archidiocèse de Newark et à la Congrégation pour l’éducation catholique. Et puis, bien sûr, il y a le cardinal Kevin Farrell, colocataire de McCarrick pendant six ans. Le pape François a promu Farrell d’archevêque de Dallas au rang de prélat du dicastère des laïcs, de la famille et de la vie.

« Attendez une minute », pourriez-vous demander, « Mgr Paglia ne dirige-t-il pas les affaires familiales? » Eh bien, oui et non. Paglia est responsable de l’Institut Jean-Paul II pour le mariage et la famille; Farrell supervise le dicastère des laïcs, de la famille et de la vie. Mais restez assuré que d’une manière ou d’une autre, le pro-LGBT Paglia et le pro-LGBT Farrell ont gardé la couverture de la famille. Vous vous souviendrez peut-être que Farrell était responsable de l’organisation de la Rencontre mondiale des familles de 2018 à Dublin, qui mettait en vedette des étoiles montantes comme – attendez – le cardinal Cupich et le pro-LGBT Père James Martin, SJ.

Comme le pape François aime à le dire « tout est connecté ». Il devrait le savoir. C’est lui qui a fait toutes les connexions. Seulement dans ce cas, les connexions ressemblent à l’organigramme d’une famille de la mafia.

L’archidiocèse de Washington est un réseau de corruption en soi, bien entendu centré sur l’infâme M. McCarrick. Lorsque le cardinal Wuerl, protégé de McCarrick, a été contraint de démissionner de son poste d’archevêque de Washington, François l’a remplacé par un autre protégé de McCarrick: l’évêque Wilton Gregory, également très LGBT-friendly.

Pendant ce temps, des choses étranges se passaient à la basilique du sanctuaire national de l’Immaculée Conception à Washington. Le premier recteur du sanctuaire, Mgr (aujourd’hui évêque) Michael Bransfield, a récemment été suspendu de son ministère public à la suite d’accusations d’une longue histoire d’inconduite homosexuelle et de détournement de fonds diocésains.

Lors de la consécration de Bransfield, un certain cardinal Theodore McCarrick agissait en tant que co-consécrateur. Bransfield vient également tout juste d’être le premier président du conseil d’administration de la fondation papale McCarrick, une position qui avait précédemment été confiée à un cardinal Donald Wuerl. Une enquête du Washington Post a révélé par la suite que Bransfield avait donné 350 mille dollars en espèces à divers cardinaux et évêques, dont 29 000 dollars au célèbre cardinal Kevin Farrell.

Mais ce n’est pas tout. Lorsque Bransfield quitta la basilique de l’Immaculée Conception, il fut remplacé comme recteur par Mgr. Walter Rossi qui a été « trié sur le volet » par McCarrick . Un article d’investigation dans The American Spectator accuse Rossi d’avoir harcelé sexuellement des séminaristes. Cela a ensuite été corroboré par l’Archevêque Carlo Maria Viganò, qui a déclaré que comme nonce papal, il avait lui aussi reçu des plaintes concernant la prédation sexuelle de Rossi.

Vous saisissez la photo? Certes, c’est une grande photo compliquée. Une aide visuelle aiderait. Peut-être l’archevêque Paglia pourrait-il être persuadé de commander une fresque pour illustrer le réseau enchevêtré de liens.

Peut-être la fresque pourrait-elle remplacer la mosaïque du Christ Pantocrator, située au-dessus et derrière l’autel du sanctuaire de l’Immaculée Conception. Certaines personnes se plaignent que la figure du Christ ne semble pas particulièrement accueillante. Mais compte tenu de ce qu’il a vu aux alentours de la basilique, il serait irréaliste de s’attendre à voir le Christ avec un sourire affable.

Mots Clés :
Share This