Va-t-on se contenter d’entériner un état de fait, le mois prochain? Selon Sandro Magister – dont il faut absolument faire circuler le dernier billet de son blog Settimo Cielo -, en Amazonie, des diacres mariés célèbrent déjà la messe avec l’aval de leurs évêques, le Pape est au courant, et a même dit « Allez-y »!!


Sandro Magister a transcrit le contenu d’une vidéo qui circule sur internet: on y voit don Giovanni Nicolini, un prêtre bolognais de 79 ans, lié justement à la célèbre Ecole de Bologne, et proche du Pape (au moins par ses idées):

Il me semble opportun de rappeler, avec vous, que l’Église des prêtres vit ses derniers instants. S’agit-il d’une prophétie ? Non, c’est la réalité. Nous devons en compte parce que ça change tout. Nous arrivons aujourd’hui au sommet de la folie, chaque prêtre est en charge de six paroisses, et ça c’est la fin. Quoi qu’on fasse, cette crise du sacerdoce est inéluctable et ne fera que s’accroître tant qu’on n’envisagera pas très sérieusement de réfléchir à l’opportunité d’abolir le célibat des prêtres.

Tant que ce célibat des prêtres restera en vigueur, on ne pourra pas enrayer la chute, notamment parce que souvent, on ne réfléchit pas au fait que moi, par exemple, je suis un prêtre, mais avant d’être prêtre, je suis surtout un moine. François, qui est ici, est un moine, et nous qui sommes une toute petite communauté monastique de prière, nous avons donné cinq prêtres à l’Église de Bologne, mais si nous avons pu le faire, c’est parce que nous appartenons à une autre espèce. Mais tant que se poursuivra cette situation dans laquelle – vous le savez, non ? – le fait de rester célibataire est une pure disposition d’ordre disciplinaire, juridique, ce n’est un vœu ni d’un don de Dieu, ce n’est pas soutenu par la vie de la communauté… Non, c’est lui qui ne se marie pas, on décrète qu’il ne peut pas se marier. Mais il est clair que quand j’apprends qu’un prêtre de trente ans, qui vient se confesser chez moi, va maintenant être envoyé en pleine campagne tout seul… Celui-là, avant six mois, il aura une maîtresse. Et donc cette chute sera à présent très rapide. Avant-hier, on me disait qu’on estimait qu’en 2030 il y aura 30 prêtres à Bologne, aujourd’hui il y en a 450 et leur nombre a déjà beaucoup baissé. Et donc cette structure d’Église n’existera bientôt plus.

On va faire ce synode des évêques en Amazonie. Depuis l’Amazonie, nous avons appris qu’un soir, depuis une mission paroissiale perdue en Amazonie, quelqu’un a passé un coup de fil, c’était un diacre âgé, la soixantaine, marié, qui disait à son évêque : « Je dois te dire que demain il n’y aura pas de messe parce qu’il n’y a pas un seul prêtre ». Et l’évêque lui a dit : « vas-y et dit la messe ». Un diacre marié, ses enfants ont déjà une situation, on les appelle les « anciens » et les évêques de là-bas lui ont donné l’autorisation de présider la liturgie. On l’a dit au Pape et le Pape a dit : « Pour l’instant nous ne pouvons rien mettre par écrit mais vous, allez-y! ». Je me suis demandé, quand j’ai appris qu’il convoquait l’assemblée des évêques du monde entier en Amazonie, qui sait si cela pourrait ou voudrait dire quelque chose. Pourtant l’Église, dans sa structure concrète, juridique, existante, arrive à son terme.

Sandro Magister, traduction en français Diakonos

Sandro Magister conclut par des questions qui ne sont pas seulement rhétoriques, mais qui appellent des réponses précises:

Est-ce vrai ou faux, ce qu’il dit sur ces « messes » aujourd’hui déjà célébrées en Amazonie par des diacres mariés ?
Est-ce vrai ou faux que le Pape François aurait donné son feu vert ?

On n’a pas fini d’en parler.

Mots Clés :