A l’occasion du Symposium organisé à l’Université du Latran pour le 50ème anniversaire de la Commission Théologique internationale fondée par Paul VI, et que lui-même a présidée de 1981 à 2005 en tant que Préfet de la CDF: « la Commission théologique, malgré tous ses efforts, n’a pas réussi à réaliser l’unité chorale de la théologie et des théologiens du monde », écrit le Pape émérite.

Benoît et les théologiens, 10 novembre 2019: les deux lauréats du Prix Ratzinger 2019
Cf. Les lauréats du Prix Ratzinger 2019 chez Benoît XVI

Message de Benoît XVI

Agence SIR
28 novembre 2019
Ma traduction

« A la Commission théologique internationale vont mon salut cordial et ma bénédiction spéciale ».
C’est par ces mots que commence le message de salutation envoyé par le Pape émérite Benoît XVI à l’occasion de la rencontre « 50ème anniversaire – Fondation de la Commission théologique internationale », tenue ce matin à l’Université pontificale du Latran.


« Nous devons exprimer une parole de grande gratitude, même avec tous les défauts propres à la recherche et au questionnement humain » – écrit le Pontife émérite – retraçant quelques moments de l’œuvre de la CTI.
Pour Benoît XVI, « la Commission théologique, malgré tous ses efforts, n’a pas réussi à réaliser l’unité chorale de la théologie et des théologiens du monde ».
Cependant, la voix de la Commission est devenue une voix écoutée qui, d’une certaine manière, indique l’orientation fondamentale qu’un effort théologique sérieux doit suivre en ce moment historique ».
Le Pape Benoît XVI, « à ses remerciements pour ce qui a été fait au cours de ce siècle », unit « l’espoir d’un nouveau travail fructueux ».
Le Pape émérite a témoigné que « le travail de la Commission m’a donné la joie de rencontrer d’autres langues et d’autres formes de pensée. Cela a été, pour moi, une occasion continue d’humilité qui voit les limites de ce qui nous est propre et ouvre ainsi la voie à la plus grande vérité ».


En effet – conclut-il – « seule l’humilité peut trouver la vérité et la vérité est à son tour le fondement de l’amour dont tout descend dernièrement ».