Mgr Vigano vient de publier une tribune dans La Verità, dans laquelle il dénonce « l’accord secret entre le Vatican et la Chine, fortement souhaité par Bergoglio ». Mais sa condamnation va bien au-delà du sort des catholiques chinois, et  » s’inscrit dans un cadre plus large, marqué par l’apostasie de la hiérarchie catholique et le soutien aux forces du Nouvel Ordre mondial qui ont la Chine pour bras armé » .

« L’infâme pacte avec la Chine place le Vatican du mauvais côté de l’histoire. »

« A la grande douleur et à l’embarras des chrétiens du monde entier, l’accord entre le Parti communiste chinois et le Vatican place l’Église, et en particulier le pape François qui en est le principal responsable, du mauvais côté de l’histoire ».

.
C’est le début de la lettre qu’Arthur Tane, directeur du Council on Middle East Relations , a envoyée au cardinal Pietro Parolin, sans toutefois recevoir de réponse. Concernant l’accord, Tane écrit entre autres : « François se fait entendre sur le changement climatique et pour condamner le capitalisme économique, mais son silence sur la violation des droits de l’homme par la Chine, y compris la liberté religieuse, est assourdissant ».

.

La dénonciation du directeur exécutif du Council on Middle East Relations (dont le siège est à Canberra, en Australie) est commentée par Mgr Carlo Maria Viganò avec une réflexion dans laquelle l’accord secret sino-vatican, fortement souhaité par le pape Bergoglio et renouvelé il y a quelques semaines, s’inscrit dans un cadre plus large, marqué par l’apostasie de la hiérarchie catholique et le soutien aux forces du Nouvel Ordre mondial qui ont la Chine pour bras armé.

*

Aldo Maria Valli

Suit la traduction en italien de la lettre d’Arthur Thane.
Et voici la tribune de Mgr Vigano, dans « La Verità »

Ces jours-ci est parue la nouvelle que Bergoglio se consacre à une série télévisée intitulée « La Sagesse du temps » [voir ici, ndt] produite par Netflix qui a publié hier encore un post sur Twitter résumant sa référence idéologique : Praise Satan (Loué soit Satan). Et il n’est pas nécessaire de rappeler à quel point cette multinationale est impliquée dans la propagation de l’immoralité et du vice, y compris l’exploitation sexuelle des mineurs.

De même, le Saint-Siège et les Nations unies ont récemment signé un accord visant à promouvoir la durabilité et l’égalité de genre, tout en soutenant une organisation qui promeut l’avortement et la contraception. Le 8 décembre 2020, jour dédié à l’Immaculée Conception, presque comme un outrage indigne à la Vierge Marie, le nouveau partenariat entre le Vatican et le Council for Inclusive Capitalism , promu par Lynn Forester de Rothschild, une grande amie d’Hillary Clinton et de Jeffrey Epstein, a été officialisé, après avoir envoyé un message d’éloge à Klaus Schwab, président du Forum économique mondial et théoricien du Great Reset. Et pour ne pas donner lieu à des équivoques, après de nombreux appels à l’obéissance aux autorités dans l’urgence psycho-pandémique, il semble que le vaccin Covid sera rendu obligatoire pour tous les fonctionnaires de la Cité du Vatican, malgré le fait qu’il soit fabriqué à partir de matériel fœtal avorté et ne donne aucune garantie d’efficacité ou d’innocuité.

Je crois qu’il est désormais compris au-delà de tout doute raisonnable que les dirigeants de la hiérarchie catholique actuelle se sont mis au service de l’Oligarchie et de la Franc-maçonnerie mondialistes : le culte idolâtre de la pachamama dans la Basilique du Vatican est maintenant accompagné d’une crèche sacrilège, dont le symbolisme semble faire allusion aux anciens rites égyptiens et aux aliens. Seul un naïf ou un complice peut nier que dans toute cette concaténation d’événements il n’y a pas une cohérence idéologique très claire et un esprit diabolique lucide.

Mais comme je l’ai déjà souligné, il serait trompeur de se limiter à une évaluation des événements au sein de l’Église sans les replacer dans le contexte politique et social plus large : il n’y a qu’une seule direction dans laquelle les acteurs principaux et les figurants suivent le même scénario. Le but est maintenant déclaré : détruire les nations de l’intérieur par le Deep State et l’Église du Christ par la Deep Church afin d’établir le royaume de l’Antéchrist avec l’aide du faux prophète.

L’accord secret entre le Vatican et la Chine, fortement souhaité par Bergoglio et renouvelé il y a quelques semaines, s’inscrit parfaitement dans ce tableau inquiétant, confirmant le pactum sceleris qui condamne les catholiques chinois à la persécution, les dissidents à la rééducation, les églises à la démolition, les Saintes Écritures à la censure et à l’adultération. Ce n’est pas un hasard si cet Accord, toujours rejeté avec indignation par les Pontifes, a été rendu possible grâce aux bons offices de l’ex-cardinal McCarrick et de ses complices, avec l’aide décisive des Jésuites: les acteurs, nous le savons, sont toujours les mêmes. Corrompus et corrupteurs, soumis à des chantages et faisant chanter, unis par la rébellion contre la doctrine et la morale et tous indistinctement soumis à des pouvoirs anticatholiques, voire antichrétiens.

La Chine communiste est le bras armé du Nouvel Ordre Mondial, tant dans la diffusion d’un virus mutant créé en laboratoire que dans l’ingérence dans les élections présidentielles américaines et dans l’enrôlement de cinquièmes colonnes au service du régime de Pékin. Et en favorisant l’apostasie dans les dirigeants de l’Église, l’empêchant de proclamer l’Évangile et d’agir comme remparts contre l’attaque de l’élite. Que cela entraîne des avantages économiques pour le Vatican rend encore plus honteuse la soumission de la secte bergolienne à ce plan infernal, créant un contrepoint important au business des migrants, qui fait également partie du processus de dissolution de la société autrefois chrétienne. Il est déconcertant qu’une trahison aussi scandaleuse de la mission de l’Église catholique ne mérite pas la condamnation ferme et courageuse de l’Épiscopat, qui – face à l’évidence d’une apostasie poursuivie avec toujours plus de détermination – n’ose pas élever la voix par lâcheté ou par un faux concept de prudence.

Les mots du Dr Arthur Tane, directeur du Council on Middle East Relations, peuvent paraître audacieux et forts, mais ils ont le mérite de mettre en évidence sans fausses craintes la subversion opérée sous ce « pontificat » des plus malheureux. Il faut espérer qu’avec la publication de la lettre de Tane au cardinal Parolin, certains ouvriront enfin les yeux, avant que le plan des conspirateurs ne soit mis à exécution. Pour cette raison, la dénonciation que le cardinal Burke a lancé il y a quelques jours, concernant l’utilisation de Covid pour les besoins du Great Reset est la bienvenue: une dénonciation qui va de pair avec celle que j’ai formulée depuis mai dernier et répétée plusieurs fois, et avec celle d’autres Pasteurs fidèles à la Parole de Dieu et soucieux de leur troupeau.

La lettre d’Arthur Tane au secrétaire d’État se termine par une citation très appropriée de l’Évangile :

Si l’Église ne comprend pas le sens de sa mission, elle deviendra un temple de changeurs de monnaie. Car Jésus a dit : « Il est écrit que ma maison sera appelée maison de prière, mais vous en avez fait une caverne de voleurs (Mt 21, 12-13) ».

En tant qu’évêques, nous ne pouvons nous taire : notre silence constituerait une connivence et une complicité intolérables avec ces mercenaires qui, abusant d’un pouvoir usurpé, renient le Christ et livrent des âmes à l’ennemi du genre humain.

Mots Clés : ,
Share This