Dans le cadre d’une méga-opération de com’, avec le même soir à la télévision la diffusion du documentaire de Mediaset «Chiamatemi Francesco – il Papa della gente», il a accordé une interview à l’une des principales chaîne italienne, Canale 5, fleuron du même groupe Mediaset, dont la famille Berlusconi est le principal actionnaire. Il annonce qu’il va se faire vacciner, ce qui est son droit, mais immédiatement, il polémique, dénonçant les « négationistes »; puis il fustige les manifestants pro-Trump qui ont « pris d’assaut » le Capitole le 6 janvier. Aurait-il raison (pure hypothèse d’école), ce n’est pas son rôle de prendre position sur des sujets qui ne sont pas de sa compétence, et ses propos constituent une lourde (et très imprudente) ingérence dans le domaine de la politique. Bien loin de ce qu’on attendrait du Pape en ce moment

Voilà ce que raporte La Stampa/Vatican Insider (l’organe quasi-officiel de Sainte Marthe!) aujourd’hui:

Le Souverain Pontife exprime sa désapprobation totale de l’assaut sur le Capitole. Il condamne la violence à Washington et demande que l’on se concentre immédiatement sur les remèdes pour éviter de nouveaux affrontements. Le pape François, sans mentionner Donald Trump, commente les émeutes qui ont éclaté aux États-Unis dans une interview qui sera diffusée demain à 20h40 sur Canale 5. Et il annonce que dans les prochains jours il fera le vaccin anti-Covid, désapprouvant le « déni suicidaire que je ne peux pas expliquer : il faut se faire vacciner ».
.

Dans l’interview du journaliste Fabio Marchese Ragona, qui a eu lieu dans la résidence de Santa Marta au Vatican, Jorge Mario Bergoglio se dit « étonné » par ces bouleversements qui se sont produits dans « un peuple si discipliné, une démocratie ». Mais même « dans la réalité la plus mature, il y a toujours quelque chose qui ne va pas, des gens qui prennent un chemin contre la communauté, contre la démocratie, contre le bien commun. Dieu merci, cette situation a éclaté et il a été possible de bien la voir car on peut alors y remédier. Oui, cette violence doit être condamnée, ce mouvement, quel que soit le peuple ».

La violence « est toujours comme ça, n’est-ce pas ? Aucun peuple ne peut se vanter de ne pas avoir un jour un cas de violence, cela arrive dans l’histoire, mais nous devons bien comprendre pour ne pas répéter, apprendre de l’histoire : les groupes paramillitaires (??) qui ne sont pas bien insérés dans la société tôt ou tard » provoquent des « explosions de violence ».

.
Dans le dialogue, le Souverain Pontife aborde divers sujets, notamment : la pandémie, le vaccin, l’avortement (?), la politique et la façon dont sa vie a changé à cause du virus. Il déclare : « Je crois que, d’un point de vue éthique, tout le monde devrait prendre le vaccin, c’est une option éthique, parce que vous jouez votre santé, votre vie, mais vous jouez aussi la vie des autres ».

Le pape annonce qu’il va se faire vacciner contre le Covid-19 : « La semaine prochaine, nous allons commencer à le faire ici et je me suis inscrit, il faut le faire. Quand j’étais enfant, je me souviens de la crise de la polio et de la paralysie de tant d’enfants à cause de cette maladie, et du désespoir qu’il y avait à se faire vacciner. Quand le vaccin est sorti, ils vous l’ont donné avec du sucre et il y avait tant de mères désespérées… puis nous avons grandi dans l’ombre des vaccins, pour la rougeole, pour celui-là, pour l’autre, des vaccins qu’ils nous ont donnés quand nous étions enfants… Je ne sais pas pourquoi quelqu’un dit : ‘non, le vaccin est dangereux’, mais si les médecins vous le présentent comme quelque chose qui peut bien se passer, qui n’a pas de dangers particuliers, pourquoi ne pas le prendre ? Il y a un déni suicidaire que je ne pourrais pas expliquer, mais aujourd’hui vous devez prendre le vaccin ».

*

https://www.lastampa.it/vatican-insider/it/2021/01/09/news/usa-il-papa-condanno-la-violenza-adesso-e-il-momento-del-rimedio-1.39752320
Mots Clés : ,,,
Share This