(Mise à jour) Garanti sans « fake » et à lire sans modération: le formidable témoignage d’un journaliste à Breizh-Info et accessoirement pompier volontaire, qui a renoncé à son bénévolat face à la tyrannie sanitaire. Un billet (très long, mais à lire absolument) du blog de Laurent Mucchielli – un blog hébergé par Mediapart, comme quoi! – qui révèle l’effarant niveau du journalisme en France, sa collusion avec les géants du Web, et les conséquences sur la couverture de la pandémie, illustrées par « le cas Raoult ». Et un rapport glaçant du Sénat qui lève un coin de voile sur des scenarios de contrôle social envisagés pour faire face « demain » à une éventuelle catastrophe. Mais nous y sommes déjà! Bienvenu dans le monde d’après!

Volets précédents:


(…) Ces décisions, ces notes de service, ces comportements humains répétés, accentués par la tyrannie de la pensée dans laquelle nos dirigeants ont plongé tout le monde, m’ont conduit, entre autres, à rompre mon engagement de pompier volontaire.
Et pourtant, quel bel engagement. Que de bons jeunes hommes et jeunes femmes, et moins jeunes, qui s’investissent jours et nuits, sans compter leur temps, au service de la population locale. Quel apprentissage de la vie. Quelle sensation de rendre service à sa communauté, à son prochain, à ses anciens. Quel héroïsme du quotidien que portent en eux celles et ceux qui font le choix de cet engagement. Quel stress aussi, lorsque le bip sonne, en pleine nuit, et que vous vous retrouvez quelques minutes plus tard, ici dans une maison en feu, là sur un accident de la route ou là encore dans une maison en plein drame familial ou médical, et que votre devoir, c’est de gérer et d’agir. Pour sauver des vies et ce qu’il y a à sauver.
Ces sentiments, ces situations, ceux qui aujourd’hui voudraient lyncher de « l’antivax » à tour de bras et qui n’ont que le mot « solidarité » à la bouche sans agir par ailleurs, ne les connaissent peut être pas. Jean Castex, Emmanuel Macron, Gabriel Attal, Véran, et toute cette clique de banquiers, d’hommes d’affaires, de hauts fonctionnaires, d’arrivistes, ne les ont jamais connu. Et ne les connaitrons jamais. Ils ne sont pas forgés pour cela. Par contre, ils sont forgés pour briser le rêve de milliers de jeunes et de moins jeunes qui ne demandent qu’une chose, c’est de pouvoir s’engager, et sauver des vies.
Pas de se faire vacciner contre un virus parce que ces messieurs de la haute ont détruit l’hôpital public depuis des décennies et qu’ils ont désormais peur que tout cela se voit un petit peu trop brutalement.
Pas de sauver des vies via un hypothétique vaccin, ou des « gestes barrières » à la con dont rien ne démontrent qu’ils sont efficaces, surtout en plein air ou dans des petits établissements de campagne. Non, sauver des vies réellement sur le terrain.

*

https://www.polemia.com/le-temoignage-dun-pompier-volontaire-qui-renonce-a-son-engagement-face-a-la-tyrannie-sanitaire/

Absence d’enquête de terrain, «people-isation», perte de neutralité au profit d’un genre de militantisme, enquêtes à charge, dépendance totale envers la communication des agences gouvernementales et des industries, le journalisme tel que défini il y a 50 ans dans la Déclaration de Munich est en train de disparaître sous nos yeux, éclipsé par un «fact-checking» général aussi superficiel que biaisé.

.

Communication partout, journalisme nulle part ? Telle pourrait être une des formules – volontairement un peu provocatrice – aidant à problématiser l’évolution du journalisme contemporain dans un pays comme la France.

.

(…) Il ne s’agit pas de critiquer quiconque en particulier, ni de mettre tout le monde dans le même panier (il y a environ 35 000 journalistes en France, dont un quart de pigistes et CDD très courts, comme le rappelait récemment le sociologue Erik Neveu), mais de réfléchir à une évolution générale. Le constat est en effet incontournable : depuis le début de la crise sanitaire, le traitement de l’information par la grande majorité des médias français ne respecte pas la plupart des principes déontologiques de la profession. Loin de jouer un quelconque rôle de contre-pouvoir, ils constituent au contraire les relais globalement très dociles, parfois même complaisants, de la communication gouvernementale.

.

En février 2017, « huit médias français, dont Le Monde, ont décidé de collaborer avec Facebook pour réduire la présence de fausses informations sur le réseau social. L’annonce en a été faite, lundi 6 février, par l’entreprise américaine, soumise à d’importantes pressions ces dernières semaines pour lutter davantage contre la prolifération de fake news, considérée par beaucoup comme un élément marquant de la dernière campagne électorale aux Etats-Unis ». En France, outre Le Monde, les médias concernés sont l’Agence France-Presse (AFP), BFM-TV, France Télévisions, France Médias Monde, L’Express, Libération et 20 Minutes. La présence de l’AFP est tout sauf anecdotique, compte tenu du fait que l’agence constitue la principale source d’informations pour l’ensemble des médias français. Grâce à l’argent de Facebook, l’AFP a développé un service baptisé « AFP Factuel », qui représente effet plus de 30 journalistes à l’échelle mondiale, avec plus de 200 articles publiés par mois »

*

https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/150721/la-crise-sanitaire-revele-l-inquietant-declin-du-journalisme

Le 3 juin, à moins d’une semaine de l’entrée en vigueur de la première phase du déconfinement et de l’allègement de certaines restrictions sanitaires, les sénateurs Véronique Guillotin (Rassemblement démocratique et social européen, RDSE), Christine Lavarde et René-Paul Savary (Les Républicains) ont publié un rapport d’information intitulé «Crises sanitaires et outils numériques: répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés».
Ce document envisage des mesures en cas de pandémies plus graves que celle du Covid-19 et d’autres types de risques dits NRBC, pour nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques.

*

https://fr.sputniknews.com/politique-francaise/202107251045920654-bracelet-electronique-et-alerte-sonore-ces-outils-etudies-par-des-senateurs-pour-endiguer-toute/?utm_source=pocket_mylist
Mots Clés :
Share This