Il est actionnaire majoritaire dans une société de biotechnologie danoise visant à développer un traitement contre le virus. En cas de succès, ce serait une belle revanche pour le grand champion serbe (mais on peut parier que les médias vont lui mettre les bâtons dans les roues en discréditant le remède de toutes les façons possibles) qui s’est vu privé de sa marche triomphale vers le titre de meilleur joueur de tennis de tous les temps à cause d’une guerre idéologique autour du virus (cf. Novak et les hyènes). L’article qui suit, repris par AM Valli, est issu de l’agence Reuters. Factuel, mais juste assez fielleux pour ne pas risquer d’être accusé de complaisance envers le grand méchant Djoko.

Et Djokovic parie sur un traitement contre le covid

Djokovic parie sur un traitement contre le COVID alors qu’il cherche à entrer dans l’histoire du tennis.
La pandémie a bloqué la marche de Novak Djokovic vers l’histoire du tennis, aussi le joueur de 34 ans pourrait-il placer ses espoirs dans un traitement contre le COVID pour mettre la main sur un autre grand chelem glorieux avant que le temps ne lui soit compté.

La superstar serbe, qui s’est retrouvée au centre du débat mondial sur les vaccins après sa tentative ratée d’entrer en Australie sans être vacciné, détient une participation majoritaire dans une société de biotechnologie danoise visant à développer un traitement contre le COVID-19, a déclaré le PDG de la société à Reuters.

Le patron de QuantBioRes, Ivan Loncarevic, qui s’est décrit comme un entrepreneur, a déclaré que l’acquisition de la participation de 80 % par le joueur de tennis avait eu lieu en juin 2020, mais il a refusé de préciser son montant.

La société développe un peptide, qui empêche le coronavirus d’infecter la cellule humaine, et prévoit de lancer des essais cliniques en Grande-Bretagne cet été, selonM. Loncarevic, qui a souligné que l’entreprise travaillait sur un traitement et non un vaccin.

Le PDG a précisé que la société comptait une douzaine de chercheurs travaillant au Danemark, en Australie et en Slovénie. Selon le registre danois des sociétés, Djokovic et sa femme Jelena détiennent respectivement 40,8 % et 39,2 % de la société.

Un porte-parole de Djokovic n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Djokovic a connu un succès phénoménal – Forbes l’a classé parmi les 50 athlètes les mieux payés au monde en 2021. Il a calculé que ses gains sur le terrain s’élevaient à 4,5 millions de dollars, ce qui n’est rien comparé aux 30 millions de dollars qu’il a gagnés en dehors du terrain.

Pourtant, le temps pourrait ne pas jouer en faveur du numéro un mondial dans sa quête pour être considéré comme le plus grand joueur de l’histoire, alors qu’il avance dans la trentaine.

Il avait désespérément espéré participer à l’Open d’Australie ce mois-ci, son objectif étant de remporter un 21e titre du Grand Chelem, ce qui lui permettrait de dépasser ses rivaux Roger Federer et Rafa Nadal.

Frustré, Djokovic risque maintenant d’être exclu du tennis, alors que les règles concernant les voyageurs non vaccinés se durcissent au cours de la troisième année de la pandémie et que certains tournois reconsidèrent les exemptions.

L’inquiétude la plus immédiate concerne le prochain grand chelem – l’Open de France en mai, où Nadal a déjà remporté 13 titres – après que le ministère des sports du pays a déclaré lundi qu’il n’y aurait pas d’exemption à la nouvelle loi sur les vaccins.

Nikolaj Skydsgaard
reuters.com
19 janvier 2022

Mots Clés : ,,
Share This