L’Acton Institute, un think tank américain économiquement libéral d’inspiration religieuse a organisé ces jours-ci à Rome un congrès sur le thème de la « gouvernance globale ». Invité à s’y exprimer, Riccardo Cascioli a illustré brillamment, à travers les exemples des différentes « urgences » décrétées (et la dernière en date d’entre elles, l’urgence sanitaire) comment les « élites (prétendues) éclairées » et les médias – qu’ils contrôlent presque tous – ont réussi par la peur à imposer aux gens des politiques de limitation des libertés, inenvisageables autrement.

Riccardo Cascioli
La NBQ
28 octobre 2021

« Aucune passion ne prive aussi complètement l’esprit de sa capacité d’agir et de raisonner que la peur ». Cette observation du philosophe britannique Edmund Burke explique bien pourquoi, à travers l’histoire, tous ceux qui ont aspiré à acquérir du pouvoir sur les autres ont développé des techniques pour utiliser les peurs. Et ceci est vrai tant pour les relations interpersonnelles que pour les sociétés dans leur ensemble. Politiquement, l’utilisation de la peur pour renforcer le pouvoir est évidente dans les dictatures ; mais c’est aussi une réalité dans les démocraties où les médias sont utilisés pour susciter la peur afin de pousser les groupes sociaux dans les directions souhaitées. Pensez à ce qui se passe en ces jours précédant la conférence internationale sur le climat à Glasgow : les avertissements de catastrophe climatique se succèdent pour faire pression sur les gouvernements afin qu’ils parviennent à un quelconque accord.

Depuis les années 50, nous assistons à l’application de cette technique de la peur à l’échelle mondiale, en vue de dépasser la souveraineté nationale : le juste besoin de coopération internationale, de collaboration entre les différents États pour résoudre les problèmes communs, est idéologiquement forcé pour affirmer un concept de gouvernance mondiale dans lequel une élite éclairée décide de la nature des problèmes et de la manière de les résoudre. C’est un long processus qui s’accompagne d’une érosion systématique de la démocratie, car le système démocratique est un obstacle à ce projet. Le rapport du Club de Rome, signé en 1991 par Alexander King et Bertrand Schneider, intitulé « La première révolution mondiale », est intéressant à cet égard. Et n’oublions pas que le Club de Rome est précisément l’expression des élites mondialistes. Donc, à propos des systèmes démocratiques, nous lisons dans ce rapport :

« La démocratie n’est pas une panacée. Elle ne peut pas tout organiser et elle n’est pas consciente de ses limites. Ce sont des faits qu’il faut regarder lucidement, aussi sacrilège que cela puisse paraître. Dans son état actuel, la démocratie n’est plus adaptée aux objectifs que nous avons devant nous. La complexité et la nature technique de nombreux problèmes actuels ne permettent pas toujours aux représentants élus de prendre les bonnes décisions au bon moment. (…) Il existe une contradiction croissante évidente entre l’urgence de certaines décisions à prendre et le processus démocratique fondé sur divers dialogues, tels que le débat parlementaire, le débat public et les négociations avec les syndicats ou les organisations professionnelles. L’avantage évident de ce processus est l’obtention d’un consensus ; son inconvénient réside dans le temps qu’il nécessite, surtout au niveau international. (…) Dans ces domaines, le temps a acquis une énorme valeur éthique. Le coût des retards est monstrueux, tant en termes de vies humaines et de difficultés qu’en termes de ressources. La lenteur du processus décisionnel dans un système démocratique est particulièrement dommageable au niveau international ».

Mais comment convaincre l’opinion publique de la nécessité de dépasser la démocratie ? Précisément avec la peur, qui se traduit politiquement parlant par un « état d’urgence ». Et vous savez que lorsque vous êtes en état d’urgence, lorsque le problème est grave et urgent, vous ne pouvez pas perdre de temps, vous avez besoin d’experts, de techniciens, de scientifiques qui savent quoi faire et le font rapidement. Dans un état d’urgence, toutes les libertés et tous les droits sont suspendus, et c’est précisément l’urgence qui fait que l’opinion publique accepte des mesures restrictives qui seraient autrement impensables dans un état de normalité. Le Green Pass, par exemple, est une mesure qui serait inacceptable si une grande partie de l’opinion publique n’était pas convaincue de sa nécessité pour faire face à l’urgence pandémique.

Mais lorsque l’état d’urgence est prolongé indéfiniment, il devient la norme et les gens s’habituent à remettre leur liberté entre les mains d’experts, qui décideront qui et comment les laisser vivre.

Or, il y a des urgences réelles, il ne faut pas les nier. Mais ici, nous parlons d’urgences créées, de peurs déraisonnables instillées dans la population, en utilisant des données qui sont peut-être vraies mais interprétées de manière à déformer la perception de la réalité et donc à générer un état de peur, comme l’a bien décrit Michael Crichton dans son roman State of Fear. Je vous donne un exemple : il est correct de dire qu’il y a eu un réchauffement global de la planète au cours des 150 dernières années, mais il est absolument arbitraire et non prouvé, voire carrément faux, de dire qu’il s’agit d’une augmentation rapide sans précédent et qu’elle est causée par les activités humaines.

Cela fait maintenant 70 ans que nous vivons dans une situation d’urgence mondiale proclamée. Ce processus se déroule en trois étapes principales.

Ce n’est pas un hasard si, dans les années 1950, l’expression « bombe démographique » a commencé à être utilisée, en jouant sur le mot « bombe » parce qu’il agissait sur la peur qui avait été générée par les explosions atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki et, au début des années 1950, par la guerre de Corée au cours de laquelle la confrontation nucléaire a été proche. Le contrôle de la population est progressivement devenu une condition préalable (conditio sine qua non) aux relations internationales, évidemment au détriment des pays en développement. Je me souviens que le président américain de l’époque, Bill Clinton, à la veille de la Conférence internationale des Nations unies sur la population et le développement qui s’est tenue au Caire en septembre 1994, a envoyé un message à toutes les ambassades américaines dans le monde pour avertir tous les gouvernements que le contrôle de la population était une priorité de la politique étrangère des États-Unis. Et c’est à partir de là que les programmes de contrôle de la population ont été intégrés dans le travail des principales agences des Nations unies, qui ont depuis lors énormément étendu leur pouvoir et leurs ressources financières. La forte pression exercée pour considérer la surpopulation comme une urgence mondiale a fait que, dans le cadre de la coopération internationale, il est devenu légitime, sinon nécessaire, d’imposer aux pays en développement l’adoption de politiques de contrôle des naissances comme condition pour recevoir une aide humanitaire ou de développement.

À partir des années 70, une deuxième urgence s’est imposée au monde, celle de l’environnement, qui s’est concentrée au fil du temps sur la question du changement climatique. En réalité, l’urgence climatique n’a pas remplacé l’urgence de la surpopulation, mais elle y est liée et la renforce, faisant du problème environnemental et climatique un facteur supplémentaire de l’urgence de réduire la population mondiale. Tout cela est bien compris dans le concept de « développement durable », codifié dans le rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement, également connue sous le nom de Commission Brundtland, du nom de l’ancien Premier ministre norvégien Gro Harlem Brundtland qui la présidait. Cette commission, commandée en 1983 par le secrétaire général des Nations unies de l’époque, Perez de Cuellar, a publié en 1987 son rapport, intitulé « Notre avenir commun ». La véritable nouveauté de ce rapport était qu’il établissait le lien entre la population, le développement et l’environnement, dans le sens où la croissance démographique était indiquée comme la cause du sous-développement et de la dégradation de l’environnement. Je cite un passage important du chapitre « Population et ressources humaines » :

« Chaque année, le nombre d’êtres humains augmente, mais la quantité de ressources naturelles avec lesquelles on peut soutenir cette population, améliorer la qualité de la vie humaine et éliminer la pauvreté de masse reste limitée. Les taux actuels de croissance démographique ne peuvent se poursuivre. Ils minent déjà la capacité de nombreux gouvernements à assurer l’éducation, les soins de santé et la sécurité alimentaire de leur population, sans parler de l’amélioration du niveau de vie. Ce fossé entre les chiffres et les ressources doit être comblé de toute urgence car une grande partie de la croissance démographique est concentrée dans les pays à faible revenu et les régions écologiquement défavorisées ».

Je pourrais ici m’étendre sur le bien-fondé de telles affirmations, filles de l’idéologie néo-malthusienne, en démontrant leur fausseté. Je pourrais m’étendre sur le bien-fondé de ces affirmations, issues de l’idéologie néo-malthusienne, en démontrant que c’est le contraire qui est vrai, c’est-à-dire qu’au cours de l’histoire, le développement a été provoqué et non entravé par la croissance démographique ; que les ressources ont toujours augmenté et se sont diversifiées, augmentant plus que proportionnellement à la population. Mais ce n’est pas le lieu. Ici, cependant, il est intéressant de noter comment la création d’un prétendu état d’urgence a poussé vers une gouvernance mondiale, qui prend de plus en plus les contours d’un centralisme mondial.

À cet égard, il convient au moins de souligner l’importance du cycle des conférences internationales des Nations unies qui se sont tenues entre 1992 et 1996 : de Rio de Janeiro sur l’environnement et le développement (1992) à Vienne sur les droits de l’homme (1993); du Caire sur la population et le développement (1994) à Copenhague sur le développement social (1995), de Pékin sur les femmes (1995) à Istanbul sur l’habitat et Rome sur l’alimentation (1996). À ces occasions, les chefs d’État et de gouvernement du monde entier ont signé des plans d’action qui, pris dans leur ensemble, établissent des principes, des mots d’ordre et des orientations politiques qui constituent une sorte de « constitution mondiale » sui generis. D’où l’adoption universelle de concepts tels que le développement durable, la santé et les droits reproductifs, les politiques de genre, etc. Et avec tous les concepts concrets et les politiques qui en découlent.

L’une des conséquences du principe de développement durable appliqué à la prétendue urgence climatique est, par exemple, la « transition écologique », qui se traduit largement par la « transition énergétique ». Une transition qui a déjà – mais surtout qui aura – des coûts économiques et sociaux énormes, qui ne peuvent être justifiés que par la déclaration de l’état d’urgence ; et ce n’est que grâce à cela qu’ils peuvent devenir acceptables pour une grande partie de l’opinion publique et être imposés au reste de la population. Le processus actuel de « transition énergétique » contredit en fait tout ce qui s’est passé dans l’histoire jusqu’à présent : pour sa survie et son développement, l’homme a toujours cherché à obtenir davantage de sources d’énergie à un coût toujours plus bas. Au nom de l’urgence climatique, ils veulent au contraire réduire la quantité d’énergie disponible à un coût toujours plus élevé. Nous pouvons imaginer les conséquences que cela aurait pour la société et surtout pour les membres les plus faibles de la société. Plusieurs gouvernements occidentaux se rendent compte qu’il est impossible de poursuivre dans cette voie s’ils veulent sauver les acquis économiques et sociaux de leurs pays, et demandent un report du calendrier, ou une clause quelconque pour sauvegarder leur propre approvisionnement énergétique, mais il existe désormais une forme de gouvernance mondiale, une sorte de  » gouvernement collectif « , qui ne permet pas les défections : voir ce qui s’est passé avec l’administration Trump aux États-Unis. Du reste, en cas d’urgence, chacun doit faire sa part; si le bâtiment est en feu, vous ne pouvez pas demander à économiser l’eau de votre appartement pour prendre une douche.

Plus récemment, nous avons vu apparaître un autre danger, celui de la pandémie de Covid-19, qui a déclenché un nouvel état d’urgence mondial, le dernier en date. Je n’aborderai pas ici la question sanitaire, à savoir si cette pandémie est si catastrophique et si l’approche qui considère le vaccin comme le seul moyen de la contenir est correcte. Par contre, il faut souligner la gestion politique de la pandémie et, une fois de plus, la volonté de parvenir à une gouvernance mondiale sur la vague d’alarmes continues et retentissantes qui ont également créé un véritable état de peur dans la population. Et plus encore que par le passé, face à une menace que l’on peut considérer comme imminente, l’opinion publique de nombreux pays occidentaux a accepté et même invoqué la suspension des libertés individuelles et des garanties démocratiques, s’abandonnant entièrement aux mains d’un pouvoir technico-scientifique qui est devenu l’arbitre de nos vies.

Curieusement – et ce n’est pas une coïncidence – l’urgence sanitaire a beaucoup à voir avec l’urgence climatique. Tout d’abord, un récit a émergé selon lequel la pandémie est la conséquence d’activités humaines qui ont perturbé la nature, comme la destruction des forêts et l’élevage intensif. Ainsi, pandémie et climat deviennent les deux faces d’une même pièce. « La Terre Mère », a déclaré le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres en avril dernier, « nous appelle clairement à l’action ». La nature souffre. Les incendies en Australie, les pics de chaleur et la pire invasion de criquets au Kenya. Nous sommes maintenant confrontés au COVID-19, une pandémie sanitaire mondiale liée à la santé de notre écosystème ». Et donc : « La reprise après la pandémie de COVID-19 est une chance de rendre le monde plus durable, plus propre, plus vert ».

En second lieu, il existe une convergence entre les mesures « imposées » par la pandémie et celles invoquées au nom de l’environnement et du climat : lockdowns, restrictions de la liberté de mouvement, restrictions sévères du trafic aérien, ralentissement de l’activité industrielle. À tel point que beaucoup proposent de décréter des lockdowns non seulement pour endiguer la pandémie mais aussi pour protéger l’environnement et le climat.

Tout cela conduit à la refonte de l’ensemble de la société mondiale par une élite financière et politique capable de conditionner et de diriger les actions des différents gouvernements. À tel point qu’aujourd’hui, nous parlons ouvertement de Great Reset, ou de New Normal.

En conclusion, nous devons constater qu’il existe une relation de plus en plus étroite entre la politique, la science et les médias pour créer la perception d’une urgence, qui est amplifiée pour favoriser la réalisation d’une gouvernance mondiale qui montre chaque jour davantage son visage totalitaire.

Mots Clés : ,
Share This