Beaucoup de catholiques espéraient que le message de Fatima, et la demande par la Sainte Vierge de repentir et de conversion se réaliserait dans ou grâce à la Russie post-soviétique, celle de Vladimir Poutine. Mais à la base, il y a un, ou même plusieurs malentendus. Voici pourquoi.

La conversion de la Russie et l’actualité du message de Fatima

Les Russes sont-ils d’accord avec le message de Fatima ?

Original en anglais: John Horvat, Tfp.org, 3 mars 2022

La guerre en Ukraine a catapulté le message de Fatima au centre des discussions.
Les mystérieuses références de la Mère de Dieu, en 1917, à la Russie et à ses erreurs sont la toile de fond du triste bilan de mort et de destructions en Ukraine : « Si l’on tient compte de mes demandes, la Russie se convertira, et la paix régnera. Sinon, elle répandra ses erreurs dans le monde entier, provoquant des guerres et des persécutions de l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, et plusieurs nations seront anéanties. »

La Vierge a également parlé de la conversion éventuelle de la Russie après la consécration de ce pays à son Cœur Immaculé.

Beaucoup ont affirmé, à juste titre, que les erreurs de la Russie étaient celles du communisme. La Russie les a en effet répandues dans le monde entier à partir de 1917.

Un mouvement de conversion controversé

Toutefois, depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, une opinion erronée a commencé à circuler parmi les catholiques occidentaux, selon laquelle il s’agissait de la conversion de la Russie prévue par la Vierge. Ce narratif de la conversion s’est renforcé sous Vladimir Poutine.

Ce narratif fait référence à la chute du communisme et aux tentatives ultérieures de rétablir un semblant d’ordre dans le pays desséché par sept décennies de régime athée. Certains voient dans l’augmentation des professions religieuses (mais pas des pratiques) après la guerre froide une sorte de conversion en cours.

Certains catholiques ne sont que trop prêts à inclure ces efforts dans le message de Fatima. Aussi petit soit-il, ils interprètent tout geste comme faisant partie du processus de conversion. De plus, ils sont heureux de voir les orthodoxes russes, et non l’Église catholique, comme l’instrument de Dieu dans cette conversion. Comme si cela ne faisait aucune différence.

Tous ces points font l’objet de débats entre ceux qui, en Occident, soutiennent ce que l’on pourrait appeler le narratif de la conversion russe de Fatima. Le débat inclut souvent un contre-récit, qui affirme que les nations occidentales décadentes et moralement corrompues ont elles aussi besoin de conversion, peut-être plus que la Russie.

Élargir le récit

Le problème de ce récit de la conversion de la Russie est qu’il doit se dérouler à l’intérieur du message de Fatima. Les événements doivent correspondre à la réalité si l’on veut que le récit soit crédible. Il n’y a pas de place pour des variations utilisant des faits déformés.

Toute situation peut être adaptée à un récit tant qu’elle ressemble à l’intrigue générale. Cependant, un récit ne peut être étiré que jusqu’à un certain point. Lorsque des éléments clés ne correspondent pas, toute la structure tombe.

C’est le cas du récit de la conversion russe. Il va trop loin, et les faits ne correspondent pas au scénario.

La Russie en cours de conversion semble tout aussi encline à la décadence que les autres pays européens. Une enquête sur les pays d’Europe de l’Est, par exemple, montre que les catholiques sont beaucoup plus susceptibles que les orthodoxes de Russie d’assister à des offices hebdomadaires (42 % en Pologne contre 7 % en Russie), de jeûner pendant les périodes sacrées (72 % en Croatie contre 27 % en Russie) ou de s’engager dans une prière quotidienne (44 % en Croatie contre 18 % en Russie). Les données des Nations unies révèlent que la Russie a le taux d’avortement par habitant le plus élevé du monde – presque le triple du taux américain. La Russie continue d’avoir l’un des niveaux de consommation d’alcool les plus élevés au monde. D’autres indicateurs sociaux tels que les taux de suicide et les niveaux de prostitution sont également extrêmement élevés.

Une conversion non souhaitée

Cependant, le fait qui va le plus à l’encontre de ce récit de la conversion est que la plupart des Russes s’identifient à l’Église orthodoxe russe, et non à l’Église catholique romaine. Ils rejettent le récit de Fatima parce qu’il est catholique. Le narratif de la conversion russe bute sur le fait que les Russes ne veulent pas être convertis par Fatima.

Cela ne veut pas dire que les Russes ne souhaitent pas se libérer du joug soviétique. Cela signifie seulement que les Russes ne voient pas cette libération venir de Notre Dame de Fatima. De façon tragique, ils ne considèrent pas les changements qui se produisent en Russie comme faisant partie d’un triomphe universel du Cœur Immaculé de Marie.

Le narratif de la conversion russe se heurte à d’autres difficultés. Les responsables orthodoxes russes ont tendance à considérer les apparitions de Fatima comme une invention catholique visant à empiéter sur ce qu’ils prétendent être un territoire canonique et une zone d’influence exclusivement orthodoxe. Considéré à la lumière du Grand Schisme de 1054, quand l’Église orientale a quitté Rome, le message de Fatima est rejeté. Les orthodoxes ont longtemps persécuté les catholiques en Russie et empêché la pratique de la vraie foi.

Au lieu d’accueillir le message de Fatima comme une aide envoyée par le ciel pour encourager les Russes en cette période de grand besoin spirituel, l’Église orthodoxe russe le considère avec ressentiment. Elle prétend que la Russie n’a pas besoin d’être convertie puisqu’elle est chrétienne depuis plus de mille ans. Il n’y a pas besoin de consécration puisque le peuple russe reconnaît déjà la Vierge comme la Mère de Dieu, la Theotokos.

En bref, l’Église orthodoxe russe s’exclut du message de Fatima parce que ses responsables ne croient pas qu’il vienne du ciel.

Le plus grand soutien est rejeté

Ainsi, il y a un grand silence funeste au sujet de Fatima dans les vastes étendues de la Russie. Les responsables civils et ecclésiastiques russes ne font pas appel à ce très puissant allié surnaturel qui leur a promis la délivrance des maux modernes. En conséquence, la Russie ne s’est pas convertie et croupit dans la corruption morale et le péché qui dominent le monde.

L’Occident ne s’est pas non plus converti. Il n’a pas non plus tenu compte du message de Fatima alors qu’il avait tant à y gagner. Si le message de Fatima n’avait pas été rejeté, l’appel universel de la Vierge à la prière, à la pénitence et à la modification de la vie aurait donné lieu à des merveilles qui auraient transformé le monde.

Un récit qui n’est pas terminé

Le message de Fatima est toujours d’actualité. Toutefois, pour qu’il ait un sens, il faut adopter une position vraiment équilibrée en admettant que l’Orient et l’Occident n’ont pas tenu compte du message de Fatima. Le monde entier a besoin d’être converti car l’erreur domine encore partout. L’Est et l’Ouest ont adopté une position qui n’a rien à voir avec Fatima, à travers laquelle ils embrassent un monde moderne en proie au péché. Parce que le message de la Vierge n’a pas été écouté, l’Est et l’Ouest se dirigent vers un châtiment sans précédent dans l’histoire du monde.

Ce n’est pas le moment de se montrer du doigt, mais de se frapper la poitrine en signe de repentance. Maintenant plus que jamais, le monde a besoin de Fatima. Il a besoin de repentir. Son seul espoir de survie est Marie.

Mots Clés : ,
Share This