Il y a celui qui s’exprime sans ambiguïté sur le célibat sacerdotal et qui dit son effroi devant certaines propositions du Synode sur l’Amazonie. Et il y a l’autre, qui vient d’abroger la fête de la translation miraculeuse de la Sainte Maison de Lorette. Comment les deux peuvent-ils cohabiter? C’est la question que se pose AM Valli , après avoir lu son dernier livre « Le soir approche et déjà le jour baisse »

(…)

Reste à comprendre comment ce cardinal Sarah, défenseur de la foi et de la doctrine, peut cohabiter avec l’autre cardinal Sarah, celui qui, en sa qualité de Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin, abroge la fête de la translation miraculeuse de la Sainte Maison de Lorette (1), célébrée comme une fête liturgique depuis des siècles ; celui qui, interrogé par le Corriere della sera, dit que « chaque Pape est juste pour son temps », qu’entre Benoît XVI et François il y a « une grande continuité » et que « ceux qui sont contre le Pape sont ipso facto en dehors de l’Église ». Comme si rappeler à Pierre ses devoirs, à partir de la confirmation de ses frères dans la foi, revenait à prendre parti « contre le Pape ».

*

https://www.aldomariavalli.it/2019/11/04/celibato-dei-preti-il-cardinale-sarah-non-creiamo-un-nuovo-sacerdozio-a-misura-umana/

Ndt

(1) C’est Marco Tosatti qui soulève le lièvre (passé totalement inaperçu chez nous…):

Par un décret du 7 octobre 2019 , signé par le Cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin, le Préfet concède de célébrer le 10 décembre ce qui existait déjà : la fête mariale de la Bienheureuse Vierge de Lorette; et il abroge la fête de la translation miraculeuse de la Sainte Maison de Lorette, célébrée comme une fête liturgique depuis des siècles.
Dans la pratique, le Préfet remplace la célébration liturgique du miracle qui se réfère à la relique chrétienne la plus importante au monde (à part le Saint Suaire), par la célébration d’une simple fête mariale de Lorette, une fête comme les autres fêtes mariales, par exemple celle de Lourdes.
Mais il ignore aussi la Sainte Maison comme relique, la décrivant comme un « Sanctuaire qui rappelle l’Incarnation ».
Ce décret est important car la translation miraculeuse n’existe plus liturgiquement.
*

https://www.marcotosatti.com/2019/11/03/loreto-via-la-festa-della-traslazione-ma-perche-card-sarah/

Voici le texte du décret tel que reproduit par Vatican News:

DÉCRET d’inscription de la célébration de la bienheureuse Vierge Marie de Lorette dans le Calendrier Romain Général

La vénération de la Sainte Maison de Lorette a été, depuis le Moyen Âge, à l’origine de ce sanctuaire particulier, fréquenté, encore aujourd’hui, par de nombreux pèlerins pour nourrir leur foi en la Parole de Dieu faite chair pour nous.
Ce sanctuaire rappelle le mystère de l’Incarnation et pousse tous ceux qui le visitent à considérer la plénitude du temps, quand Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, et à méditer à la fois sur les paroles de l’Ange qui annonce l’Evangile et sur les paroles de Vierge qui a répondu à l’appel divin. Adombrée par le Saint-Esprit, l’humble servante du Seigneur est devenue la maison de Dieu, l’image la plus pure de la sainte Église.
Le sanctuaire susmentionné, étroitement lié au Siège apostolique, loué par les Souverains Pontifes et connu dans le monde entier, a su illustrer de manière excellente au fil du temps, autant que Nazareth en Terre Sainte, les vertus évangéliques de la Sainte Famille.
Dans la Sainte Maison, devant l’effigie de la Mère du Rédempteur et de l’Église, les Saints et les Bienheureux ont répondu à leur vocation, les malades ont demandé la consolation dans la souffrance, le peuple de Dieu a commencé à louer et à supplier Sante Marie avec les Litanies de Lorette, connues dans le monde entier. D’une manière particulière, ceux qui voyagent en avion ont trouvé en elle leur patronne céleste.
En raison de tout cela, le Souverain Pontife François a décrété avec son autorité que la mémoire facultative de la Bienheureuse Vierge Marie de Lorette soit inscrite dans le calendrier romain le 10 décembre, jour de la fête à Lorette, et célébrée chaque année. Cette célébration aidera tout le monde, en particulier les familles, les jeunes, les religieux et les religieuses, à imiter les vertus de celle qui a été disciple parfaite de l’Évangile, la Vierge Marie qui, en concevant le chef de l’Église, nous a également accueillis chez elle.
La nouvelle mémoire doit donc apparaître dans tous les calendriers et livres liturgiques pour la célébration de la Messe et de la Liturgie des Heures; les textes liturgiques relatifs à cette célébration sont joints à ce décret et leurs traductions, approuvées par les Conférences épiscopales, seront publiées après la confirmation de ce Dicastère.
*
Nonobstant toute disposition contraire.
De la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, le 7 octobre 2019, mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie du Rosaire.

Robert Card. Sarah, Prefet
Arthur Roche, Archevêque Secrétaire