Pas si sûr – ou plutôt carrément erroné -, dans ce domaine comme dans tous les autres. C’est pourtant ce qu’affirme péremptoirement un spécialiste interviewé par le Figaro. Mais le cardinal Zen n’est pas d’accord.

Je ne connais pas Jean-Baptiste Noé, docteur en histoire, auteur de « Géopolitique du Vatican », paru aux PUF en 2015.
Il a accordé récemment, en tant que bon connaisseur de la question, un « entretien passionnant » (sic!) à Paul Sugy, pour le Figaro, autour de la diplomatie du Vatican, dont l’influence est vantée, peut-être à l’excès (*) .
On peut y lire entre autre (et cela m’a fait sursauter):

L’action diplomatique du pape François, contre toute attente là encore tant ce pape est connu pour sa volonté de rupture, semble au contraire largement en continuité avec la diplomatie de ses prédécesseurs?

– En effet, il y a une remarquable continuité diplomatique entre François et Benoît XVI. Dans les affaires du monde, le pape François a repris et achevé les dossiers ouverts par le pape Ratzinger: rapprochement avec la Russie, relations avec les mondes musulmans, dossier chinois, etc.

Figarovox, 6/12/2019

Mais ce n’est pas du tout ce qu’affirme SUR LE TERRAIN le cardinal Zen (qui sait quand même de quoi il parle, au moins à propos du dossier chinois), dans une interview à un magazine en ligne de Taiwan, reproduite par Sandro Magister:

François n’a que peu de respect pour ses prédécesseurs. Il fait table rase de tout ce qui a été fait par Jean-Paul II et par le Pape Benoît. Et naturellement, pour faire bonne contenance, on dit tout le temps : « En continuité avec… » mais c’est une insulte. Une insulte. Il n’y a pas de continuité.
En 2010, Parolin et Dias se sont mis d’accord avec les Chinois sur un avant-projet. Alors, tout le monde a commencé à s’exclamer : « Oh, maintenant un accord arrive, il arrive, il arrive ». Et tout d’un coup, plus rien.
Je n’ai pas de preuve, mais je crois que c’est le Pape Benoît qui a dit non. Il ne pouvait pas signer cet accord. Et je pense que l’accord actuel qui a été signé doit être exactement le même, celui que le Pape Benoît a refusé de signer.

Settimo Cielo (en français ICI)

Le cardinal Zen aurait-il mal compris? Ne devrait-il pas aller s’informer auprès des experts – lui qui vit dans sa chair les errements du rapprochement sino-Vatican et la trahison des catholiques chinois par le Vatican?


(*) Le cardinal Tardini, secrétaire d’état de Jean XXIII aurait dit à un ambassadeur latino-américain qui faisait devant lui l’éloge de la diplomatie du Pape, la qualifiant de « première diplomatie du monde »: “Se il Vaticano è la prima diplomazia del mondo, figuriamoci la seconda!

Mots Clés :
Share This