Fait inédit, c’est le Pape lui-même qui, lors de la traditionnelle conférence de presse aérienne dans l’avion de retour de Barhein (au fait, qui s’est soucié de ce voyage?), endosse quasi-officiellement la responsabilité de la nomination de Mariana Mazzucato, une économiste financée par Soros, levant toute ambiguïté et ôtant ainsi une épine du pied à l’ineffable Paglia. Le point, par Giuseppe Nardi.

Le pape François veut « plus d’humanité » et donc nomme une pro-avortement

LA JUSTIFICATION TERRIBLEMENT DÉCALÉE QUI SUSCITE LA NAUSÉE CHEZ CERTAINS

Dans l’avion qui le ramenait de Bahreïn, le pape François a défendu la nomination de Mariana Mazzucato, économiste financée par Soros et pro-avortement.

Giuseppe Nardi
8 novembre 2022
katholisches.info/2022/11/08/papst-franziskus-will-mehr-menschlichkeit-und-ernennt-deshalb-eine-abtreibungsbefuerworterin/

Dans son vol de retour de Bahreïn, le pape François a défendu la nomination de l’économiste et activiste athée pro-avortement Mariana Mazzucato comme membre de l’Académie pontificale pour la vie.

La nomination de l’économiste financée par Soros précisément dans cette académie pontificale qui avait été pensée par son fondateur, le pape Jean-Paul II, pour défendre le droit à la vie des enfants innocents à naître contre le lobby de l’avortement, provoque incompréhension et irritation dans l’Eglise. Le pape François est toutefois connu pour ne se laisser dicter sa conduite par personne – sauf lorsque l’appel vient du New York Times.

C’est ainsi qu’il a réagi aux critiques sur la nomination de Mazzucato avec une insistance pleine de défi. Il a lancé une bouée de sauvetage à l’archevêque de Curie Vincenzo Paglia, le président de l’Académie pontificale pour la vie, officiellement chargé de proposer au pape les membres potentiels de l’Académie. Selon la transcription de la conférence de presse volante publiée par VaticanNews, François a affirmé :

« Et voilà, j’ai nommé Mariana Mazzucato au Conseil pour la famille [en réalité à l’Académie pontificale pour la vie, note de Katholisches.info]. C’est une grande économiste des États-Unis que j’ai engagée pour donner un peu plus d’humanité à la chose. Les femmes apportent leur propre contribution. Elles ne doivent pas devenir comme les hommes. Non, ce sont des femmes, nous avons besoin d’elles ».

Sans blague ? Le pape François nomme une militante pro-avortement membre de l’Académie pontificale pour la vie afin de lui donner « un peu plus d’humanité » ? On croit entendre une mauvaise blague. Les déclarations ont été confirmées peu après par la version officielle sur le site Internet du Saint-Siège. Le chef de l’Eglise ne semble pas voir la contradiction dans sa déclaration.

Dans le vol de retour de Bahreïn, le pape François s’est personnellement chargé de défendre cette décision. Jusqu’à présent, c’était l’archevêque Paglia qui s’en chargeait. François l’avait toutefois déjà défendu indirectement. En prenant lui-même la parole, François a déclaré la discussion close, car qui, à la Curie romaine et dans l’ensemble de la hiérarchie ecclésiastique, osera critiquer le pape ?

L’Académie pontificale pour la vie a immédiatement utilisé Twitter pour diffuser avec enthousiasme la prise de position du pape :

« La meilleure réponse à tous de @Pontifex [le pape François] : ‘Et maintenant j’ai accepté @MazzucatoM dans l’Académie pontificale pour la vie. C’est une grande économiste des États-Unis, je l’ai placée là pour donner un peu plus d’humanité à tout cela. Les femmes ont une vie à elles, elles ne doivent pas devenir comme les hommes' ».

Twitter est devenu pour l’archevêque Paglia l’instrument principal pour « expliquer », détourner et résoudre par des acrobaties dialectiques les nombreuses bizarreries et incohérences qui se produisent à l’Académie depuis que François lui en a confié la direction en 2016.

« Terrible ! »

Les réactions à ce tweet n’ont pas manqué et ont toutes, sans exception, la même teneur :

« Quelle humanité y a-t-il dans l’avortement ? »

« Depuis quand une pro-avortement donne-t-elle plus d’humanité à une institution académique fondée dans le but de protéger la vie ? »

« Cette académie se désagrège, elle semble dirigée par un gamin ».

« Il n’y a donc pas d’économistes respectés qui défendent la vie? Qui l’eut cru… »

« Terrible ! »

Il y a eu des interventions bien plus radicales encore: plusieurs ont qualifié la défense de la nomination de Mazzucato par François de « nauséeuse ».

Le pape François s’en souciera-t-il ? Probablement pas, tant que le New York Times ne l’écrit pas lui aussi, et là, il faudra attendre longtemps.

Le journal catholique en ligne La Nuova Bussola Quotidiana a commenté :

« Affaire Mazzucato : au Vatican, la foi n’est plus une vertu ».

Mots Clés :
Share This