Chapeau, diront certains. Mais: covid, lockdown, risques d’attentat islamistes… (et dire que les journalistes qui accompagnent le Pape doivent être vaccinés), n’est-ce téméraire plus que courageux de la part de François? Antonio Socci relance un titre du site people (tendance trash, mais très bien informé, et lu par tout ce qui compte en Italie) DAGOSPIA, lui-même reprenant un article du vaticaniste du Corriere della Sera GianGuido Vecchi.

ALLER SE CHERCHER LES ENNUIS – IL N’Y A PAS EU MOYEN DE FAIRE COMPRENDRE AU PAPE FRANÇOIS QUE C’ÉTAIT PEUT-ÊTRE LE MOMENT DE RENONCER AU VOYAGE EN IRAK, LE PLUS DANGEREUX DU PONTIFICAT: LE COVID QUI SE RÉPAND DANS LE PAYS, LES RISQUES DE RASSEMBLEMENTS SPONTANÉS DE FOULES, LES MENACES D’ATTENTAT DE L’ISIS – CE SERA LE PREMIER PAPE DANS LA TERRE D’ABRAHAM: DÉPART DEMAIN, PUIS UN TOUR DE FORCE EN SIX ÉTAPES – IL SE DÉPLACERA EN VOITURE BLINDÉE

Selon vous, ce titre de Dagospia est-il erroné, compte tenu aussi du fait que l’Irak est en locdown pour le covid?

Quand on se souvient des polémiques, avertissements, mises en demeure et autres menaces des médias occidentaux, qui avaient accompagné les voyages de Benoît XVI en Turquie (2006) puis en Terre Sainte (2009), on se dit que les temps ont décidément bien changé.

Mots Clés :
Share This