C’est une authentique révolution sexuelle dans l’Eglise: l’archevêque de Münich est sur le point de mettre un point final à des années de lutte ponctuées par des synodes (sur la famille, puis sur la synodalité) dont c’était l’objectif plus ou moins caché. Dans une interview récente sur l’hebdomadaire libéral Stern ,il a déclaré que le catéchisme « n’est pas gravé dans le marbre » et qu’ « il est légitime d’avoir des doutes sur son contenu » . Riccardo Cascioli ajoute: « nous ne pouvons manquer de noter que les dirigeants de l’Église non seulement ne résistent pas, mais participent même activement au processus ». Au premier rang, le Pape!!

Le dimanche 13 mars, le cardinal Reinhard Marx a célébré à Münich une messe marquant « 20 ans de culte et de pastorale queer ».

LGBTQ, le cardinal Marx mène l’assaut final contre le catéchisme

Riccardo Cascioli
lanuovabq.it/it/lgbtq-il-cardinale-marx-guida-lultimo-assalto-al-catechismo
2 avril 2022

Attaque coordonnée pour changer le catéchisme sur l’homosexualité, et le théâtre choisi pour la bataille est le synode sur la synodalité. Dans une longue interview, le cardinal Marx défend ouvertement la nécessité de réviser la doctrine pour légitimer les actes homosexuels, tandis que demain, 3 avril, Sœur Nathalie Becquart, sous-secrétaire du Synode, s’adressera directement à un groupe LGBTQ américain pour le légitimer.

« Love is love/L’amour, c’est l’amour », a déclaré en juin 2015 le président américain de l’époque, Barack Obama, après que la Cour suprême ait donné son feu vert à la reconnaissance du mariage homosexuel. Et « l’amour est l’amour » répète maintenant le cardinal allemand Reinhard Marx, archevêque de Munich et Freising, pour faire avancer l’agenda LGBTQ dans l’Église. Dans le sillage des demandes qui ont déjà clairement émergé lors du chemin synodal allemand, le cardinal Marx a même décidé de sortir de l’impasse et de réclamer haut et fort un changement du catéchisme sur le thème de l’homosexualité.

Il l’a fait dans une interview publiée par l’hebdomadaire libéral Stern le 30 mars, dans laquelle il a déclaré que le catéchisme « n’est pas gravé dans le marbre » et qu' »il est légitime d’avoir des doutes sur son contenu ». Marx parle d’une « éthique inclusive », fondée sur « le respect de l’autre », tandis que « la valeur de l’amour se manifeste dans la relation : en ne réduisant pas l’autre personne à un objet, en ne l’utilisant pas ou en ne l’humiliant pas, en étant fidèle et dépendant l’un de l’autre ». Marx, visiblement pressé par les questions du journaliste, poursuit en affirmant que « l’homosexualité n’est pas un péché. Et c’est un comportement chrétien lorsque deux personnes, quel que soit leur sexe, se défendent mutuellement, dans la joie et dans la douleur ».

En bref, ce que le cardinal Marx entend affirmer, c’est « la primauté de l’amour, surtout dans les rencontres sexuelles ». Et l’archevêque de Munich semble être pressé :

Ces dernières années, je me sens de plus en plus libre de dire ce que je pense, et je veux que l’enseignement de l’Église progresse. L’Église change aussi, en même temps que le monde : les personnes LGBTQ font partie de la création et sont aimées de Dieu, et nous sommes mis au défi de lutter contre la discrimination.

Enfin, le cardinal Marx a également avoué avoir béni un couple homosexuel par le passé :

Il y a quelques années, à Los Angeles, après une célébration au cours de laquelle j’ai prêché sur l’unité et la diversité, deux personnes se sont approchées de moi et m’ont demandé une bénédiction. Et je l’ai donné. Après tout, ce n’était pas un mariage.

L’interview de Stern ne tombe pas du ciel. Non seulement elle a été précédée par les thèses similaires de la voie synodale allemande et les déclarations du président de la Conférence épiscopale allemande, Mgr Georg Bätzing, qui a demandé que le « sexe libre » soit reconnu dans le catéchisme, mais Marx lui-même avait déjà jeté le gant en célébrant 20 ans de pastorale Queer à Munich par une messe au début du mois de mars. Évidemment avec un drapeau arc-en-ciel devant l’autel et une homélie louant une « Église inclusive ». La valeur de ce geste n’ayant toutefois pas été relancée de manière adéquate et universelle, Marx a réessayé avec une interview qu’il est impossible de passer sous silence.

La déclaration du cardinal Marx n’est pas simplement liée à la revendication de l’Église allemande, et pas seulement parce que Marx est membre du Conseil restreint des cardinaux qui aide le pape François à gouverner l’Église. Ce seul fait devrait suggérer que sa position publique sur l’homosexualité a une importance universelle. Mais ce n’est pas tout: le timing suggère que nous sommes confrontés à une offensive coordonnée visant à donner une orientation pro-LGBTQ très précise au Synode sur la synodalité auquel le pape François tient tant. En février, par exemple, c’est le cardinal luxembourgeois Jean-Claude Hollerich, président des évêques européens, qui a appelé à un changement de la doctrine pro-homosexuelle sans que sa nomination comme rapporteur général du synode sur la synodalité soit remise en cause.

Mais surtout, demain, 3 avril, un événement sans précédent aura lieu : la sous-secrétaire du Synode des évêques, Sœur Nathalie Becquart, donnera une lectio magistralis devant l’assemblée de New Ways Ministry, l’organisation LGBTQ américaine dont l’objectif est de changer l’enseignement de l’Église sur l’homosexualité. New Ways Ministry est une organisation désavouée par les évêques américains et condamnée par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi il y a 23 ans, en décembre, lorsqu’une controverse a éclaté à propos de la présence de leur matériel pro-LGBTQ sur le site web du synode. Mais depuis lors, les choses ont évolué rapidement pour eux.

Une étape fondamentale a été la réhabilitation de la religieuse cofondatrice de New Ways Ministry, Jeannine Gramick, et même par le pape François qui lui a écrit une lettre de grande appréciation pour son travail avec les personnes LGBTQ considérées « dans le style de Dieu ». De là, une implication de plus en plus active de l’organisation LGBTQ dans la préparation du Synode, jusqu’à l’événement de demain, une véritable reconnaissance officielle du mouvement LGBTQ.

Il s’agit de la conférence annuelle qui porte le nom du père Robert Nugent, l’autre cofondateur de New Ways Ministry, et le thème sera « La synodalité comme chemin vers la réconciliation ». Et il ne fait aucun doute, étant donné les prémisses, que ce sera l’Église qui devra se réconcilier avec ses fidèles LGBTQ. Le secrétariat de New Ways Ministry a raison de dire qu’il s’agit d’un « événement historique ».

Nous pouvons désormais parler de triomphe pour le lobby LGBTQ dans l’Église, et nous ne pouvons manquer de noter que les dirigeants de l’Église non seulement ne résistent pas, mais participent même activement au processus. Ce n’est pas un hasard si aucune mesure n’a été prise – et ne le sera jamais – contre le cardinal Marx pour ses remarques, et si son rôle de conseiller du pape ne sera pas réduit.

Au contraire, neuf ans plus tard, nous pouvons affirmer que les synodes ont servi à promouvoir et à mettre en œuvre la révolution sexuelle dans l’Église: les deux synodes sur la famille ont objectivement ouvert la voie au divorce et au second mariage, et maintenant la synodalité sert à légitimer l’homosexualité et tout type de relation sexuelle. Et si en 2014 le prétexte était pastoral, en prétendant ne pas affecter la doctrine, maintenant le masque est définitivement tombé et on passe directement au changement de doctrine. Comme le craignait le cardinal Ratzinger en 1986.

Mots Clés :
Share This