Étiquette : François


François-Scalfari: une relation de symbiose

François-Scalfari: une relation de symbiose

1 Peter 5 poursuit sa réflexion sur l’interview « explosive » où François aurait reconnu la non-divinité de Jésus. La relation répétée avec le vieux journaliste athée ne doit rien au hasard et sert au pape à faire passer sans risque ses idées les plus radicales, laissant au besoin à d’autres le soin de les démentir. Et surtout, il n’y aura aucune suite (comme d’habitude…).

La bombe de Scalfari

La bombe de Scalfari

Steve Skojek, sur 1Peter5, a eu accès à l’éditorial de La Repubblica à l’origine du scandale, et propose une traduction du passage incriminé. Il rappelle par ailleurs le schéma auquel nous sommes désormais habitués à partir d’épisodes précédents: lancement de la bombe, démenti/non-démenti du Saint-Siège, silence du Pape, inertie des fidèles. Et pour finir, la bombe fait pschitt…

Interview à Scalfari et dérapage papal: l’imprudence de trop?

Interview à Scalfari et dérapage papal: l’imprudence de trop?

Riccardo Cascioli revient sur les déclarations inouïes que Scalfari attribue au Pape, sur la divinité de Jésus. Il le fait en attribuant – du moins en apparence – la « faute » aux communicants du Vatican. Une excuse inacceptable. Ce n’est pas comme si le Pape lui-même était bâillonné. Lui qui a l’interview si facile, rien ne l’empêche de faire en personne et de vive voix une mise au point, sur un sujet aussi grave. Je crois au contraire que c’est le Pape lui-même qui, grisé par sa « popularité » a commis l’imprudence de trop, qui pourrait lui valoir une accusation formelle d’hérésie, avec les conséquences qui en découlent.

Scalfari a encore frappé

Scalfari a encore frappé

Le dinosaure de la Repubblica rapporte des confidences ahurissantes que lui aurait faites François: selon lui, le Pape « conçoit le Christ comme Jésus de Nazareth, homme et non Dieu incarné ». Même si le conditionnel reste de rigueur, cette énormité mérite autre chose que le démenti maigrichon du directeur de la salle de presse – par ailleurs, bien embarrassé.

La statue des migrants et la « bonne » immigration selon le Pape

La statue des migrants et la « bonne » immigration selon le Pape

La statue en bronze présentée au Pape dimanche dernier est une oeuvre de propagande soviétoïde, destinée à faire passer l’idée que toutes les migrations sont bonnes. Andrea Zambrano, dont les grands-parents ont suivi à peu près le même parcours vers l’Argentine que la famille Bergoglio, s’étonne que le Pape persiste à rejeter l’immigration « choisie » aujourd’hui défendue par les souverainistes, à laquelle ses parents se sont pliés, pour saluer uniquement l’immigration sauvage que nous subissons…

Nouvel humanisme, ou nouvelle humanité?

Nouvel humanisme, ou nouvelle humanité?

Le Pape en est aujourd’hui le premier prédicateur, et le premier sponsor du « Migrant », à travers des messages et des actes répétés (dernier en date, un monument en bronze érigé sur la Place Saint-Pierre, qu’il a inauguré aujourd’hui) . Marcello Veneziani énumère les objections à l’ « accueil » des migrants, en faisant appel à saint Thomas d’Aquin, qui établit une hiérarchie précise pour nos préférences.

Le Pape « assiégé »

Le Pape « assiégé »

Priez pour moi. C’est l’injonction pressante du Pape à tous ceux qui l’approchent. Mais lors de la rencontre avec les jésuites africains rapportée par la Civiltà Cattolica, la prière habituelle s’est faite encore plus intense… et troublante, d’autant plus à la veille du Synode où l’on se demande s’il n’est pas le jouet de « certains »…

Le Pape et les jésuites du Mozambique

Le Pape et les jésuites du Mozambique

La Civiltà cattolica vient de publier la conversation (*) que le Pape a eu « en roue libre » avec ses confrères jésuites lors de son voyage en Afrique. On y retrouve ses obsessions habituelles, non au cléricalisme, non au prosélytisme, non aux rigides, bref non aux catholiques. Ce sont les mots d’un père fouettard, pas d’un père « miséricordieux », et encore moins d’un père aimant. Et le désarroi d’AM Valli devient aussi celui de plus en plus de catholiques.

Le pacte éducatif de François

Le pacte éducatif de François

Le 12 septembre dernier, dans un message doublé d’une vidéo, le Pape lançait « un pacte éducatif mondial en vue d’une humanité plus fraternelle ». Intention louable, sans doute, mais sans aucune référence à Dieu, un discours plus proche de ce qu’on pourrait attendre d’un dignitaire maçonnique que d’un Pape: François n’est pas au service de l’Église et de Dieu, mais au service du monde.

Et de deux! Encore un gourou du mondialisme pour François

Et de deux! Encore un gourou du mondialisme pour François

Après Edgar Morin… Jeffrey Sachs participe ces jours-ci à Assise, au « Cortile di Francesco », une rencontre dédiée (comme son nom l’indique!) à la transmission de la pensée de François; il est interviewé pour l’occasion par Il Corriere della Sera, où il pontifie sur le rôle de l’Eglise comme s’il en était lui-même un haut dignitaire – voire le Pape -, et dit tout le bien qu’il pense… du Pape, justement. Ce qui amuse « Pezzo Grossso » (Marco Tosatti).

Un autre gourou du Pape: Edgar Morin, et le « nouvel humanisme »

Un autre gourou du Pape: Edgar Morin, et le « nouvel humanisme »

Le ‘penseur’ français, grand prêtre du Nouvel Ordre Mondial et père du concept à la mode de « nouvel humanisme », (utilisé par le Pape, à l’occasion du lancement d’un « Pacte éducatif mondial » le 12 septembre, suscitant dans le milieu catholique une réaction de perplexité et de stupéfaction) était reçu par François en juin dernier. Hasard? (Luisella Scrosati).

Le Pape n’aime pas les rigides… ni les américains

Le Pape n’aime pas les rigides… ni les américains

Les catholiques américains blessés et choqués par les propos du Pape tenus dans l’avion vers l’Afrique, et à son retour au Vatican, lors de l’audience générale de cette semaine. Petit tour sur les réseaux sociaux par Dorothy Cummings McLean sur Life...
Le Pape qui « botte en touche »

Le Pape qui « botte en touche »

Ne voulant pas (ou peut-être ne pouvant pas) répondre aux critiques « respectueuses et rationnelles » de figures irréprochables de l’Eglise, François a choisi la stratégie de la victimisation, se faisant passer pour la cible d’un complot inexistant. Mais c’est un jeu dangereux, et il risque de s’y brûler les doigts: c’est en tout cas la thèse exposée par Laurent Dandrieu dans Bd Voltaire.

Le roi des contradictions

Le roi des contradictions

Les « Chronache di Papa Francesco » démontent méticuleusement et réfutent point par point les accusations contre ses « ennemis » formulées par François lors de la conférence de presse dans l’avion qui le ramenait d’Afrique. Tout était connu, et nous n’apprenons rien, mais il fallait que quelqu’un prenne le temps de tout collecter et de le mettre noir sur blanc

Les propos du Pape dans l’avion (aller et retour d’Afrique)

Les propos du Pape dans l’avion (aller et retour d’Afrique)

au crible de Marco Tosatti (et de son hôte récurrent Super Ex): il y a une foule d’arguments objectifs qui discréditent les attaques du Pape contre ceux qui le contestent, y compris le cardinal Müller, qu’il a cherché à ridiculiser en le traitant d' »enfant »… sans réaliser que c’était un compliment. Est-il déconnecté de la réalité… ou s’agit-il de quelque chose de plus trouble?

Le jeu de bonneteau de François

Le jeu de bonneteau de François

A la veille du Synode pour l’Amazonie, les évêques allemands s’organisent pour faire avancer leurs revendications – toujours les mêmes, mariage des prêtres, morale sexuelle… – et ils le font en s’appuyant sur le Comité central des catholiques allemands (ZDK), bien sûr de tendance progressiste. Il se trouve que cette manière d’agir, désormais bien rôdée, arrange parfaitement François. L’analyse de Peter Skojek sur le site « 1Peter5 ».

Les analphabètes théologiques de François

Les analphabètes théologiques de François

dixit le cardinal Müller qui, pour parler familièrement, n’y va pas avec le dos de la cuillère, dans un entretien avec le très sérieux site d’information catholique autrichien kath.net, pour qualifier les « théologiens », ou prétendus tels, du premier cercle du Pape. A ne pas manquer: le commentaire du P. Hunwicke.