Il s’est défilé au dernier moment, et a mis en scène une absence remarquée à la rencontre finale pourtant prévue avec les évêques allemands (Marx en tête) venus à Rome pour la traditionnelle visite ad limina, se faisant représenter par le secrétaire d’état Parolin et deux has been plus ou moins sur le départ, le préfet de la CDF Ladaria (78 ans) et le préfet pour les évêques Ouellet (78 ans lui aussi, et empêtré dans une affaire d’abus sexuels), mais témoignant publiquement une grande cordialité envers le tonitruant cardinal allemand. Rien de surprenant dans cette absence, elle est tout à fait conforme à la « méthode Bergoglio », cette « manière jésuite » décrite par l’un de ses proches, Mgr Forte, dans une boutade mémorable au lendemain du synode sur la famille, qui lui permet de rester inattaquable aux yeux de l’opinion en rejetant la responsabilité d’éventuels changements sur des subordonnés qui n’ont aucun pouvoir de décision.

Évêques allemands : le pape déserte la rencontre avec la Curie.

Nico Spuntoni
lanuovabq.it/it/vescovi-tedeschi-il-papa-diserta-lincontro-con-la-curia

La rencontre entre la Conférence épiscopale allemande et les chefs de dicastères pour discuter du parcours synodal controversé et radical en Allemagne n’a pas dû être facile. Le vrai mystère est l’absence du Pape, mais la familiarité dont il a fait preuve avec le Cardinal Marx jeudi dernier n’a pas échappé à l’attention.

La visite ad limina tant attendue des évêques allemands se termine par un suspense [giallo]. Hier, en effet, les 67 membres de la conférence épiscopale allemande étaient censés voir une dernière fois les chefs de la Curie et le pape. Selon les prévisions, le sujet de cette dernière réunion avant la conférence de presse finale fixée ce matin au Palazzo Cesi aurait dû être précisément l’ordre du jour du Chemin synodal qui éloigne de Rome la majorité de l’épiscopat allemand.

Et au contraire, François ne s’est pas présenté à l’Institut Patristique Augustinianum. Ainsi, seuls les cardinaux Pietro Parolin, Luis Francisco Ladaria Ferrer et Marc Ouellet, qui, en tant que Secrétaire d’État, Préfet du Dicastère pour la Doctrine de la Foi et Préfet du Dicastère pour les Évêques, sont les plus concernés par les implications que le processus du Synode allemand pourrait avoir pour l’Église universelle, se sont assis derrière la chaise de l’Auditorium.

Dans le communiqué commun, il n’y a aucune explication – officielle ou officieuse – sur la non-participation, qui était considérée comme une évidence dans les jours et les heures qui ont précédé. L’absence surprise du Pape lors du rendez-vous consacré au controversé Synodaler Weg est-elle un signal précis à l’épiscopat allemand ou doit-elle être mise sur le compte d’un quelconque empêchement physique ? L’état de santé du souverain pontife n’est toutefois pas source d’inquiétude puisqu’il doit partir aujourd’hui pour Asti, la ville natale de sa famille, où il séjournera également demain.

D’après ce qui semble ressortir du face-à-face à l’Augustinianum, la confrontation entre la Curie et la Conférence épiscopale allemande n’a pas été facile. Les chefs de service du Saint-Siège ont exprimé de fortes inquiétudes quant aux revendications allemandes concernant la moralité sexuelle et la participation des laïcs à l’élection d’un évêque. Le communiqué parle explicitement de « définir et d’approfondir » les questions abordées hier, telles que celles relatives aux « structures de l’Église, au ministère sacré et à son accès, à l’anthropologie chrétienne », et ne manque pas de mentionner « les préoccupations que suscite le Chemin synodal, indiquant le risque de « réformes de l’Église et non dans l’Église » ». Dans l’assistance, parmi les responsables curiaux, se trouvait également le cardinal Kurt Koch, préfet du Dicastère pour la promotion de l’unité des chrétiens, fortement critique à l’égard du texte d’orientation du Chemin synodal et protagoniste d’un récent clash avec le président de la Conférence des évêque allemands, Georg Bätzing.

Difficile de penser que cette visite ad limina, sept ans après la dernière, reste dans les mémoires comme un feu vert romain à l’agenda radical du Synodaler Weg, qui est d’ailleurs contesté par une partie non négligeable de l’épiscopat allemand lui-même. Au cours de ces quatre jours à Rome, la centralité de la figure du cardinal Reinhard Marx, l’homme qui a fortement voulu entamer ce chemin synodal, qui est apparue une fois de plus. L’archevêque de Munich et Freising, bien qu’ayant quitté la direction de la Conférence en 2020, continue d’être l’homme fort de la ligne de rupture dans l’Église allemande également en vertu du rôle de poids qu’il occupe au Vatican en tant que coordinateur du Conseil pour l’économie et membre du Conseil des cardinaux.

Lors de la rencontre des 67 évêques avec François, jeudi au Palais apostolique, on a noté aussi la familiarité du prélat avec le Saint-Père. Ce dernier a toutefois mis publiquement en garde les évêques allemands contre la tournure prise par la voie synodale. Il l’a fait il y a quelques semaines, au retour de son voyage au Bahreïn, en déclarant : « L’Allemagne a une grande et belle Église évangélique ; je n’en veux pas une autre, qui ne sera pas aussi bonne que celle-là ; mais je la veux catholique, en fraternité avec l’Église évangélique ». Une phrase significative qu’il avait déjà prononcée en présence de Bätzing, comme il l’a révélé en mai lors d’une conversation avec les rédacteurs des magazines culturels européens de la Compagnie de Jésus.

Dans ces conditions, Marx a peut-être compris qu’il devait jouer « à l’écart » de Rome et a pris ses contre-mesures, faisant preuve d’une prudence inhabituelle pour lui, du moins en Allemagne, sur les sujets les plus brûlants. S’adressant à ses confrères de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs, le cardinal a écarté l’hypothèse d’un affrontement frontal avec le Saint-Siège, affirmant que les évêques allemands doivent « avoir le courage de commencer quelque chose de nouveau à la lumière de la tradition et d’apporter avec eux le trésor du passé ».

Mots Clés : ,
Share This