et silence dans les rangs. Le cardinal Hummes, rapporteur général du synode, a envoyé à tous les évêques du monde une lettre anticipant le contenu de la prochaine exhortation apostolique. La pilule risque d’être amère, d’où de nombreuses précautions et mises en garde. Détails avec AM Valli.

(d’après illustration d’Art Young)

Et le cardinal Hummes écrit aux évêques une lettre de « soutien »

afin qu’ils se préparent à recevoir l’exhortation post-synode amazonie

Les controverses de ces jours-ci au sujet du livre du cardinal Sarah et du pape émérite (ou du cardinal Sarah seul ?) en défense du célibat sacerdotal ont ramené sur le devant de la scène l’exhortation apostolique désormais imminente que le pape François devra rendre publique dans les prochaines semaines et qui contiendra les conclusions auxquelles le pontife est parvenu sur la base de son évaluation des travaux du synode sur l’Amazone.

Hummes et François, à la cérémonie pachamamesque

À ce propos, le cardinal Claudio Hummes, qui a été rapporteur général du synode, envoie à tous les évêques du monde une lettre confidentielle que nous pouvons anticiper.

Dans la lettre, Hummes, expliquant que le projet d’exhortation est en cours de révision, fournit aux évêques une liste de textes utiles pour se documenter, il veut souligner que les « nouveaux chemins » ont été « élaborés sous la conduite de l’Esprit Saint » et souligne que le Pape considère important que les évêques reçoivent le document « avant que la presse ne commence à le commenter », afin qu’ils « puissent se joindre à lui dans la présentation ».

L’hypothèse que l’exhortation peut aussi, en tout ou en partie, ne pas plaire ou ne pas avoir l’accord de tel ou tel évêque n’est pas prise en considération. Au contraire, dans un langage curieux, on dit que l’intention des suggestions faites est que vous la « souteniez discrètement, comme Ordinaire, en communion avec le Pape François ». En bref: Monsieur l’évêque, sachez que vous n’avez pas le choix, si l’exhortation ne vous plaît pas, cela signifie que vous n’êtes pas en communion avec le pape.

La question, comme on dit, se pose spontanément : quelle bouchée amère contiendra le document papal si tous ces avertissements sont nécessaires pour le présenter aux évêques comme étant comestible et pour que les évêques se préparent à le digérer pour les fidèles?

Mais bien sûr, nous sommes les soupçonneux habituels…

[suit le texte de la lettre en italien. Elle sera sûrement traduite en français par les sites « institutionnels »].

Mots Clés :