Quand Jésus se fâche (à propos, on aurait aimé que Son Vicaire dise quelque chose au sujet de ces pratiques sataniques qu’une logique pas uniquement consumériste – comme on cherche à nous le faire croire pour la banaliser – cherche à nous imposer à marche forcée…)

Superbe dessin trouvé sur le site Campari&de Maistre, que je me suis permise de franciser.


Toujours à propos de la Toussaint, il faut lire le très bon article de Christian Vaneste, qui y voit une fête identitaire (non, ce n’est pas un gros mot!) et qui saisit l’occasion de rappeler les racines chrétiennes (même remarque!) de la France:

(…) La Toussaint est donc avant tout une fête de l’identité, celle de notre pays, dont les politiciens disent qu’il est attaché à la laïcité alors que, bien évidemment, il est, culturellement, d’abord catholique.

*
Combien de communes dont le nom commence par le mot « saint » ! Combien de rues, de stations de métro à Paris, qui se réfèrent à un saint, souvent parce qu’il est celui choisi comme protecteur de l’église voisine ? La France est revêtue d’« un blanc manteau d’églises » et d’abbayes, selon le juste mot de Raoul Glaber, un vêtement que la Révolution, malgré sa rage destructrice, et l’avidité des acquéreurs de « biens nationaux », n’est pas parvenue à lui arracher, que trop d’incendies ou de profanations lacèrent dans une relative indifférence.

*
Cette prise de conscience identitaire est essentielle. On ne peut exister en gommant ce que l’on est, en disant que la France est essentiellement un pays qui serait équidistant de toutes les religions. La liberté des cultes n’implique pas qu’on dénie à l’un d’entre eux d’être plus lié que les autres à notre histoire, à notre sensibilité, et donc à notre identité. Bonne fête de la Toussaint, donc.

*

https://www.bvoltaire.fr/bonne-fete-de-la-toussaint/