A l’occasion de la sortie du livre « Des profondeurs de nos cœurs » et à propos du « bookgate » (cf. Fr Z) qui s’en est suivi, le cardinal Sarah s’entretient longuement avec Edward Pentin. Il parle du sacerdoce « en danger mortel », du célibat des prêtres, des crimes de pédohilie dans l’Eglise, et revient sur les attaques ignobles dont le Pape émérite a fait l’objet, avec lui. Extrait.


Edward Pentin
NCR
8 février 2020
Ma traduction

Comme l’a dit Benoît XVI, « Pourquoi la pédophilie a-t-elle atteint de telles proportions? En dernière analyse, la raison est l’absence de Dieu. Ce n’est que lorsque la Foi ne détermine plus les actions de l’homme que de tels crimes sont possibles ».

Quelle a été précisément la pauvreté de cette formation que vous mentionnez, et quels en ont été les effets ?

Les prêtres ont été formés sans leur enseigner que Dieu est le seul point d’appui de leur vie, sans leur faire expérimenter que leur vie n’a de sens qu’à travers Dieu et pour lui. Privés de Dieu, ils n’ont plus que le pouvoir. Certains sont tombés dans la logique diabolique de l’abus d’autorité et des crimes sexuels. Si un prêtre ne fait pas l’expérience quotidienne qu’il n’est qu’un instrument entre les mains de Dieu, s’il ne se tient pas constamment devant Dieu pour le servir de tout son cœur, alors il risque d’être intoxiqué par un sentiment de pouvoir. Si la vie d’un prêtre n’est pas une vie consacrée, alors il court un grand danger d’illusion et de diversion.
Aujourd’hui, certains voudraient faire un pas de plus dans cette direction. Ils voudraient relativiser le célibat des prêtres. Ce serait une catastrophe ! Car le célibat est la manifestation la plus évidente que le prêtre appartient au Christ et qu’il ne s’appartient plus à lui-même. Le célibat est le signe d’une vie qui n’a de sens que par Dieu et pour lui. Vouloir ordonner des hommes mariés, c’est laisser entendre que la vie sacerdotale n’est pas à plein temps, qu’elle ne requiert pas un don complet, qu’elle laisse libre pour d’autres engagements comme une profession, qu’elle laisse du temps libre pour une vie privée. Mais c’est faux. Un prêtre reste un prêtre à tout moment. L’ordination sacerdotale n’est pas d’abord un engagement généreux, c’est une consécration de tout notre être, une conformation indélébile de notre âme au Christ, le prêtre, qui exige de nous une conversion permanente pour lui correspondre. Le célibat est le signe incontestable qu’être prêtre suppose se laisser posséder entièrement par Dieu. Le remettre en question aggraverait sérieusement la crise du sacerdoce.

Le pape émérite Benoît XVI partage-t-il ce point de vue ?

J’en suis certain, et il me l’a dit, face à face, à plusieurs reprises. Sa plus grande souffrance et l’épreuve la plus douloureuse de l’Église latine est le crime des prêtres pédophiles, des prêtres qui violent leur chasteté. Il suffit de lire tout ce qu’il a écrit à ce sujet en tant que cardinal, puis pendant son pontificat, et, plus récemment, dans Des profondeurs de nos cœurs.
Il n’a jamais cessé de souligner l’importance du célibat sacerdotal pour toute l’Église. Laissez-moi vous rappeler ses paroles : « Si nous séparons le célibat du sacerdoce, nous ne verrons plus le caractère charismatique du sacerdoce. Nous ne verrons plus qu’une fonction que l’institution elle-même assure pour sa propre sécurité et ses propres besoins. Si nous voulons considérer le sacerdoce sous cet angle… l’Église n’est plus comprise que comme une simple institution humaine ».
Mais ils voulaient museler Benoît XVI. Je dois avouer ma révolte face aux calomnies, à la violence et à la grossièreté dont il a fait l’objet. Benoît XVI voulait parler au monde, mais ils ont essayé de discréditer ses paroles. Je sais qu’il assume avec détermination tout ce qui est écrit dans ce livre, et je sais qu’il se réjouit de sa publication. Il voulait écrire et exprimer publiquement cette joie, mais ils voudraient l’empêcher de l’exprimer. Mais raconter en détail, heure par heure, ces manœuvres est inutile. Je préfère ne pas m’attarder sur ces machinations sordides, dont les responsables rendront un jour compte devant Dieu.

Mots Clés :