Plusieurs ressortissants du plus petit état du monde sont touchés. Le Pape vit reclus dans son appartement privé à Sainte Marthe. Informations de Marco Tosatti (et nous aimerions tellement avoir des nouvelles de notre cher Benoît XVI)

Le Covid 19 frappe le Vatican
Un haut prélat à l’hôpital

Le Coronavirus a atteint le Vatican. Le chef de la section italienne de la Secrétairerie d’État, Gianluca Pezzoli, est en soins intensifs à cause du Covid 19. Gianluca Pezzoli est jeune, cinquante-huit ans, né à Mantoue en 1962. Il est décrit par ceux qui le connaissent comme un travailleur acharné, une personne réservée et sobre, certes pas un monseigneur mondain, il vit à Sainte Marthe. Il est très probable qu’il ait été infecté à l’intérieur des murs.

Son rôle – chef de la section italienne, certainement la plus nombreuse du Secrétairerie d’État – fait qu’il est probable que, jusqu’à ce que la maladie se manifeste, il a été en contact avec de nombreuses personnes et, par conséquent, a pu être contaminé.

Le fait que Mgr Pezzoli réside en permanence à Sainte Marthe augmente naturellement l’inquiétude. À Sainte Marthe , il y a des dizaines de prélats qui résident en plus du pontife, qu’ils soient résidents ou de passage.

Des sources d’excellente qualité me disent qu’il y a actuellement à Sainte Marthe cinq personnes en isolement, car soupçonnées d’avoir contracté le coronavirus.

Le pape a cessé de déjeuner dans la salle commune. Il passe la plupart de son temps enfermé dans son appartement du dernier étage. Son secrétaire particulier lui apporte le déjeuner et le dîner.

Le fait que le Pontife ait décidé de manger seul, dans sa chambre, indique une forte inquiétude. On se souvient que le pape Bergoglio avait décidé, lors de son élection, de ne pas occuper l’appartement papal du Palais pontifical comme ses prédécesseurs, mais de vivre à Sainte Marthe . Il prenait ses repas dans la salle commune, même si une rangée de plantes en pot lui garantissait un minimum de discrétion. Mais le renoncement à la vie communautaire est un signe d’inquiétude et de prudence.

L’informations officielle du Vatican sur le Covid 19 est maigre. Hier, 24 mars, le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, répondant aux questions des journalistes, a déclaré : « A l’heure actuelle, quatre cas de positivité au coronavirus ont été découverts: outre le premier signalé précédemment, il s’agit d’un employé du Bureau du fret et de deux employés des musées du Vatican. Les quatre personnes ont été placées en isolement par mesure de précaution avant d’être testées positives et leur isolement a maintenant duré plus de 14 jours; elles sont actuellement soignées dans des hôpitaux italiens ou à domicile ».

Le premier cas positif de l’État de la Cité du Vatican concerne un monseigneur de Bergame convoqué par la Direction de la santé et de l’hygiène. Le monseigneur devait prendre ses fonctions au Vatican en venant de sa ville natale, Bergame, qui est l’une des plus touchées en Italie, avec des centaines de morts. Le monseigneur a été trouvé positif lors de l’examen du Covid 19 ; mais comme dans d’autres cas, il avait eu le temps de propager la contagion, tant au Vatican qu’ailleurs.

Entre-temps, un autre voyage du Souverain Pontife a été annulé. Le pape Bergoglio devait se rendre à Malte le 31 mai, mais la visite a été annulée.

Il existe deux sources principales de contagion sur lesquelles tombent les soupçons. Le premier est celui des musées du Vatican, où jusqu’au moment de leur fermeture, les employés demandaient en vain des masques et des gants pour se défendre contre le risque causé par la masse de touristes qui les visitent. La deuxième source pourrait être un évêque français, en visite ad limina, trouvé positif à son retour. Lors de la visite ad limina, outre le Pape, les évêques ont visité tous les dicastères de la Curie. Dans ce cas aussi, les possibilités de contagion sont très élevées.

Mots Clés :