(The Wanderer, traduit en italien par AMV). C’est l’Eglise voulue par François, ou en tout cas par ceux qui ont préparé son élection, elle s’est révélée un échec complet (il suffit de regarder la fréquentation des églises, et les derniers sondages, qui affirment qu’une majorité de Français ne croient plus en Dieu – et c’est encore pire ailleurs). François n’en est pas le seul responsable, le désastre remonte à bien plus loin, mais il en aura été l’accélérateur. C’est le rôle des évêques de préparer l’après-Bergoglio et de réfléchir sérieusement à un problème qui ressemble à la quadrature du cercle: comment sortir de cette situation?

L’Eglise sans importance

Litho de Botero (l’illustration de l’article d’origine)

Dans les semaines à venir, le document final issu du synode allemand sera publié et il promet d’être catastrophique. L’évêque de Ratisbonne l’a qualifié d’hérétique et le cardinal Kasper l’a qualifié de « non-catholique ». Cet événement, que nous observons de loin pour l’instant, est révélateur de la situation réelle dans laquelle se trouve l’Église catholique aujourd’hui : une Église sans importance, avec une forte tendance à la disparition. Une étude récente menée en Allemagne a conclu que seuls 12 % de la population, y compris les catholiques, pensent que la religion a une quelconque importance dans la société. C’est-à-dire que 88% ne se soucient pas de savoir si l’Église existe ou non. Et si les scandales de ces dernières années se poursuivent, il ne sera pas étrange qu’ils préfèrent directement qu’elle n’existe pas. Certes, les pourcentages seront différents dans le sud de l’Europe, aux États-Unis et en Amérique latine – la réserve imaginaire de l’Église -, mais de combien ? 20% ? 25% ? La réponse est oui, au mieux.

J’ai tiré ces données d’une vidéo du père Santiago Martín, que je recommande vivement de regarder. Et ce prêtre, qui n’est pas un traditionaliste, conclut : « La nouvelle Église a échoué ». En effet, si après le Concile Vatican II, l’Église, déjà en recul, a adopté la stratégie de s’adapter au monde pour rester au centre de l’attention et ne pas perdre les fidèles, cette stratégie s’est révélée être une erreur effrayante qui nous a conduits à la situation actuelle d’extinction.

Et il n’y a pas besoin d’études sociologiques ou d’enquêtes coûteuses menées par des consultants internationaux. Il suffit de visiter les églises le dimanche – imaginons en semaine – pour comprendre qu’elles sont vides. La même chose se produit en Europe et en Argentine. Les quelques personnes qui y allaient encore avant la pandémie ont déjà cessé de le faire à cause de la mauvaise gestion par les évêques des quarantaines décrétées par les gouvernements. Un lecteur a commenté l’article précédent du blog en ces termes :  » Dans la paroisse que je fréquente, hier, dimanche, à la messe, il n’y avait que sept personnes plus deux de la chorale, le prêtre s’est presque mis à pleurer. Et il a toutes les raisons de le faire, car n’importe quelle secte, parmi celles qui prolifèrent là-bas, a beaucoup plus de consensus ». Et cela ne se passe pas seulement en Argentine. C’est une situation que l’on peut observer dans le monde entier.

Mais le problème est aggravé parce que la hiérarchie de l’Église, à commencer par le Souverain Pontife, ne reconnaît pas la gravité de la maladie terminale et propose d’augmenter les doses du même médicament qui a déjà démontré son effet nocif. Je me souviens, pour ne donner qu’un exemple parmi tant d’autres, de ce qu’il a dit aux jésuites slovaques : « C’est pour cela qu’aujourd’hui nous retournons dans le passé : pour chercher la sécurité. Cela nous effraie de célébrer devant le peuple de Dieu qui nous regarde en face et nous dit la vérité. Cela nous effraie d’aller de l’avant dans les expériences pastorales. Je pense au travail effectué lors du Synode sur la famille pour faire comprendre que les couples en seconde union ne sont pas déjà condamnés à l’enfer. Nous avons peur d’accompagner les personnes ayant une diversité sexuelle. Nous avons peur du carrefour dont parlait Paul VI. C’est le mal de ce moment ».

Bergoglio insiste sur le fait que l’adultère n’est plus un péché et sur « l’accompagnement » des personnes présentant une diversité sexuelle comme signes de cette « nouvelle Église » « sortante » qui s’est avérée être un échec complet. Très peu d’adultères sont disposés à aller à la messe ou à communier, et encore moins les sexuellement différents. Les deux catégories savent ce qu’elles doivent faire pour être sauvées : il vaut mieux se crever un œil et entrer dans le Royaume des cieux avec un seul œil que d’aller en enfer avec les deux yeux.

La catastrophe actuelle de l’Église n’est pas la faute de François. Nous l’avons répété ici d’innombrables fois, ce sont des problèmes qui traînent depuis des décennies et qui ont été systématiquement mal résolus. Mais il est responsable du carnage qui s’annonce dans un avenir proche. Il y a quelques jours, un média laïc a décrit Bergoglio comme « le pape le plus ridicule de l’histoire de l’Église » et comme « stupide », et avec cela nous comprenons que même ses amis les plus proches l’ont laissé seul. Le roi est nu et l’enfant n’est pas le seul à s’en être rendu compte.

Je considère que c’est une tâche urgente et une responsabilité sérieuse des évêques, chargés par Notre Seigneur de gouverner l’Église, de s’asseoir et de réfléchir sérieusement à ce qu’il faut faire pour trouver une issue qui ait un minimum de garantie de succès. Le pontificat de Bergoglio est déjà terminé et a échoué. On ne peut pas insister dans cette voie. Le problème est de savoir ce qui viendra après lui. Il est clair que la crise de l’Église ne peut être résolue en faisant plaisir au monde et en rassemblant les foules lors des Journées mondiales de la jeunesse ou des voyages papaux. Les espoirs naïfs des années 1980 et 1990 ont été enterrés.

caminante-wanderer.blogspot.com/

Mots Clés : ,,
Share This