La soi-disant représentation nationale a gravement failli à ses devoirs: le projet de loi liberticide instaurant hypocritement l’obligation vaccinale a été adopté en première lecture, tôt dans la matinée d’hier, par 117 voix pour, 86 contre, sur un total de 577 députés. Soit à peu près 35% des députés. Où étaient les autres [374, à moins qu’il n’y ait eu des députés qui se sont abstenus… un comble!]. Les Français sont en droit de demander des comptes. C’est un scandale auquel Boulevard Voltaire est l’un des seuls médias à avoir réagi à travers cet excellent commentaire de Rémy Mahoudeaux.

Le projet de loi sanitaire « passe sanitaire/vaccin obligatoire » a été adopté en première lecture par 117 voix pour, 86 contre, soit environ 35 % des députés. C’est cohérent avec la désaffection dont ont témoigné les Français lors des dernières élections, sauf que là, il s’agit de personnes élues pour représenter toute la nation et payées pour ça. Lorsqu’un texte est aussi critique en matière de liberté, d’égalité et de fraternité, le citoyen lambda s’attendrait à un effort exceptionnel de ses élus, par exemple rester massivement dans l’Hémicycle jusqu’à 5 h 00 du matin pour voter. Encore raté.

Chacun des absents connaît ses propres motivations, il est bien possible que des députés de la majorité trop lâches aient souhaité se soustraire à la discipline de groupe pour que leurs noms ne soient pas associés à cette loi. C’est juste abject. (…) Pour ceux qui sont hostiles à ce texte et qui n’étaient pas présents, qu’il leur soit rappelé que Dieu vomit les tièdes.

(…)

Le texte initial prévoyait l’interdiction à tous ceux qui ne détiennent pas un passe sanitaire d’accéder à un hôpital ou un établissement de soins, hormis en cas d’urgence. Le vote d’un amendement, jeudi, avait fait sauter cette restriction abjecte. Le gouvernement a fait revoter cet amendement, qui a été rejeté. L’électrocardiogramme d’effort ou la chimiothérapie seront désormais réservés aux seuls détenteurs du passe sanitaire. L’hôpital qui pallie comme il peut la pénurie de spécialistes refusera du monde à l’entrée, non sur des critères de capacité, mais sur des critères de soumission à des diktats sanitaires.

Petit aparté : l’Église catholique a inventé l’hôpital, celui qui accueille et soigne chacun sans restriction ni discrimination, et elle dispose donc d’un droit moral imprescriptible sur le concept. Elle s’est fendue d’un communiqué lénifiant [*] qui reprend un mensonge d’État (la vaccination serait LA solution). Elle suppose hardiment qu’il existerait un contrôle du Parlement sur le gouvernement ainsi que des contre-pouvoirs. Et elle se défausse et renonce à clamer haut et fort qu’il est criminel de priver de l’accès à l’hôpital quelqu’un qui en aurait besoin parce qu’il ne serait pas assez soumis.

Ministres, fonctionnaires, députés, après toutes vos trahisons, tous vos mensonges, faire confiance à votre politique sanitaire relève de la bêtise ou de la cécité. (…)

Rémy Mahoudeaux

[*] Extrait du communiqué de la CEF en date du 22 juillet

Des réfractaires à la vaccination ont fait usage de l’étoile jaune. C’est une grave confusion de pensée. La tribune publiée le 22 juillet 2021 veut le dire fortement.
 .
La Shoah représente une horreur absolue à partir de laquelle nos conduites politiques doivent être jugées et non devenir un jouet au bénéfice de n’importe quelle cause. La vaccination dont il est question est la réponse médicale disponible pour faire face à une épidémie qui risque de paralyser encore la vie économique mais surtout la vie sociale et les échanges d’affection et d’amitié. Elle ne nie pas la dignité d’êtres humains en justifiant leur élimination.

.
En la rendant obligatoire pour certains et en imposant un passe sanitaire pour certaines activités, le gouvernement assure [assume?] ses responsabilités légitimes sous le contrôle du parlement. Sous ce même contrôle, il impose des restrictions à celles et ceux qui refusent le vaccin. Il appartient aux instances juridictionnelles de notre État de droit de vérifier que l’imposition du passe sanitaire est conforme au droit, limitée à la durée de l’épidémie sous une forme gravement contagieuse et que les restrictions aux libertés d’aller et venir sont proportionnées.
Ne confondons jamais la liberté de voyager et celle d’exister ni la liberté d’aller au cinéma ou au café et celle de louer Dieu ou de ne pas le louer, même s’il est clair que ni l’État ni les citoyens ne doivent négliger que toutes les libertés se tiennent. Cette épidémie nous fait éprouver à tous combien nous sommes responsables les uns des autres. C’est comme une annonce de l’unité du genre humain et de l’union intime avec Dieu.

*

https://eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/517467-pass-sanitaire-ne-confondons-pas-les-libertes/
Mots Clés : ,
Share This