En marge de la « grand’messe » écolo qui se déroule en ce moment à Glasgow, où les participants pontifient sur la catastrophe climatique en cours (pulvérisant par la même occasion leur « bilan carbone »), Edward Pentin interviewe un théologien britannique, le père Haffner (voir son blog), professeur de théologie systématique à l’Université pontificale grégorienne de Rome. Il met en garde l’Eglise: attention à ne pas tomber dans le piège d’une affaire Galilée à l’envers. L’Eglise n’a pas à apporter de solutions toutes faites. Elle doit faire entendre le message chrétien, éclairer, guider, et non pas suivre les agences de l’ONU.

Le père Haffner présente l’un de ses livres à François, sans doute lors d’une Audience générale
(il n’est donc pas un bergogliophobe primaire)

« Le point de vue de l’Église catholique sur l’écologie commence et se termine par la création »

Le père Paul Haffner dit que l’Église catholique ne devrait pas trop se presser pour accepter la vision du monde sur le changement climatique actuellement promue par l’ONU et d’autres organismes.

www.ncregister.com/interview/the-catholic-church-s-view-of-ecology-starts-and-ends-with-creation
(Edward Pentin, 2 novembre 2021)

Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, sera le dernier chef de gouvernement à s’adresser à la 26e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP26), à Glasgow, mardi après-midi.
Le cardinal a donné un indice sur ce qu’il dira, déclarant à Vatican News le 30 octobre qu’il espère que la COP26 « réaffirmera la centralité du multilatéralisme et de l’action » et que « l’écologie intégrale » – traitant la paix, la justice et la préservation de la justice comme thèmes interconnectés – sera prise en considération.
Il n’a pas mentionné l’approche christologique de l’environnement traditionnellement adoptée par l’Église, mais a plutôt fait écho à d’autres dirigeants mondiaux en soulignant l’urgence d’agir, et a répété les appels fréquents du pape François à lutter contre une « société du jetable » par le biais de l’ « éco-durabilité ».
Nombre de ces points de vue sont presque identiques aux objectifs de l’ONU pour la rencontre et l’on remarque l’absence de mots exprimant le point de vue de l’Église catholique sur le climat et l’avenir de la Terre.

Le père Paul Haffner, auteur de Towards a Theology of the Environment , adopte une approche qui ne se concentre pas tant sur les solutions sociopolitiques que sur les principes et valeurs clés qui sous-tendent le témoignage prophétique de l’Église. « Nous ne voulons pas d’un quelconque suivisme », dit-il. « Nous voulons aussi inspirer ces gens, non pas être dirigés par eux, mais les diriger ».
Le père Haffner, maître de conférences en théologie systématique à l’Université pontificale grégorienne de Rome, s’est récemment entretenu avec le correspondant du National Catholic Register à Rome, Edward Pentin.


Père Haffner, le Saint-Siège semble ne mettre en avant qu’un seul point de vue sur le changement climatique, à savoir le point de vue scientifique défendu par l’ONU, avec des variations mineures. Pourquoi pensez-vous qu’il ne transmet pas souvent toute l’étendue de l’enseignement de l’Église sur cette question ?

Avant d’entrer dans les détails pratiques du changement climatique, il faut avoir un point de vue chrétien sur l’écologie qui commence par la création, la chute, la rédemption et la nouvelle création. La création est nécessaire car le cosmos n’est pas né tout seul. C’est Dieu qui l’a créé. Vous avez besoin de l’Incarnation et de la rédemption parce que le Christ a assumé la nature humaine et nous a rachetés. Une nouvelle création nous sera donnée parce que celle-ci est passagère et temporaire. Par conséquent, vous ne pouvez pas donner à l’univers une qualité semblable à celle de Dieu et ensuite si quelque chose tourne mal comme le changement climatique, vous ne pouvez pas être si bouleversé.

Le point de vue de l’ONU, nous le savons, est le fruit d’un consensus relativement fragile, alors que notre point de vue chrétien, oriental et occidental, est le fruit de la Révélation. Il s’agit donc de deux images différentes. De toute façon, le changement climatique n’est pas un sujet sur lequel tous les scientifiques sont d’accord. Il y a des gens, par exemple, qui diraient que le changement climatique a toujours eu lieu parce que le climat n’est jamais exactement le même, mais pour l’Église, adhérer à une vision particulière du changement climatique, adoptée par l’ONU et plusieurs gouvernements mondiaux, est plutôt dangereux. Comme dans l’affaire Galilée, vous adhérez à une position et la science peut vous prendre en défaut. Nous devrions donc naviguer très, très attentivement dans ces eaux troubles.

Cela menace d’être une sorte de Galilée à l’envers ?

Exactement. Je dirais que nous devons être très clairs sur notre position : Nous devrions énoncer des principes, peut-être pas de manière moralisatrice, mais nous affirmerions : « Voici une vision chrétienne catholique de la création que nous voulons vous proposer et à partir de là, vous devez trouver les réponses par la discussion, la recherche scientifique, les considérations économiques, les négociations politiques, etc. ». L’Église ne s’en mêle pas davantage.

L’action est basée sur l’être, donc l’aspect éthique est basé sur une théologie de la création et de la rédemption appliquée à la création. Ce n’est donc pas comme si, comme le dit Gaudium et Spes, l’Eglise avait des réponses toutes faites à toutes les questions (33.2). Elle ne devrait donc pas avoir de réponse facile sur ce point. Et ce n’est pas parce que nous avons peur de nous tromper. Nous ne voulons pas non plus forcer les gens. Il semble totalement fou de préciser trop de détails – que nous devrions accepter « le changement climatique comme un dogme ». Cela peut sembler juste, mais ce n’est pas du niveau d’une déclaration dogmatique.

Pensez-vous que c’est devenu un dogme avec l’aide de l’Église ?

Malheureusement [oui], parce que vous voyez, il y a le principe de falsification de [Karl] Popper en science [le principe de Popper suggère que pour qu’une théorie soit considérée comme scientifique, elle doit pouvoir être testée et prouvée fausse de manière concevable].
Je ne suis pas moi-même un adepte de Popper, mais avec ce principe, il faut une série de vérifications successives de la théorie, mais même dans ce cas, on ne peut pas dogmatiser la théorie en science. La science est toujours en évolution. La science du climat n’est pas une science exacte ; elle est très approximative parce qu’on ne peut pas la mesurer si facilement.

Certains tenants du point de vue de l’ONU parlent d’une religion du climat, qui aurait pris des caractéristiques religieuses, devenant presque un article de foi. Cette vision du monde ne fait-elle pas de l’être humain un ennemi de la création ?

Il s’agit d’une religion new age, en substance du cosmo-centrisme, dans laquelle le cosmos est placé au centre, l’être humain est une nuisance, et vous voulez l’écarter. Par conséquent, l’avortement, l’euthanasie et la dépopulation, bien sûr, font tous partie de ce programme diabolique, qui veut évidemment que la personne soit mise en deuxième et troisième position et que les animaux soient exaltés, mis au même niveau que les êtres humains. L’enseignement biblique et traditionnel est que l’homme et la femme sont au sommet du monde créé. La hiérarchie dans la création existe et on l’oublie parce que ce qui est promu est essentiellement l’écologisme, comme nous l’appelons – une idéologie socialiste ou communiste qui veut tout niveler et oublier qu’il existe une hiérarchie dans laquelle la personne humaine est le sommet, sous Dieu, sous le Christ, avec la domination sur la création.

Pourquoi, selon vous, le Vatican ne semble-t-il pas renforcer tout ou partie de ces principes ? Pourquoi cela ne se retrouve-t-il pas dans l’arène du contrôle du climat ?

Je n’ai pas d’informations privilégiées, mais il me semble que des groupes de pression s’appuient sur le Vatican, comme cela a toujours été le cas, et le persuadent d’accepter une vision du monde qui est la vision acceptée – une vision du monde incontestée qui est totalement contraire à la foi que nous croyons chérir, soutenir et défendre.

Et pourtant, on nous apprend à sauvegarder la création, il est donc normal que nous essayions de combattre le changement climatique s’il existe ?

L’Église ne peut pas dicter comment nous devrions le faire dans les moindres détails. Elle dit que nous devons nous occuper de la création en tant que « prêtres » et intendants et laisse cela à notre initiative. Ainsi, nous ne nous ferons pas enrégimenter par ces groupes de pression et ces idéologies socialistes et communistes. Nous nous souvenons aussi que nous attendons avec impatience la résurrection des morts et la vie du monde à venir. Cette création ne durera pas éternellement. Nous n’avons pas de foyer permanent dans ce monde actuel, alors essayer de déifier ou de rendre permanent ce monde comme si c’était quelque chose que nous devions préserver pour toujours, c’est effectivement l’adorer. Nous adorons un faux Dieu. Nous, nous adorons le Seigneur en son Christ, donc nous essayons de prendre soin de la maison dans laquelle nous vivons, en réalisant que cette maison ne durera pas éternellement.

Diriez-vous que le Saint-Siège est un terrain fertile pour une telle idéologie, parce que le Vatican a été, comme certains le prétendent, trop centré sur le temporel au cours des 50 dernières années ?

Oui, cela fait longtemps que cela dure. C’est une tentation très facile. Je veux dire que les Israélites de l’Ancien Testament ont très facilement abandonné la foi et adoré le veau d’or. C’est donc une tentation constante, et à moins d’avoir une grande discipline, les yeux fixés sur le Seigneur et une grande capacité de prière, vous êtes exposé à ce danger. Lorsque vous vous intéressez davantage au pouvoir, à la gloire, à l’argent et à l’approbation mondaine, les choses commencent à mal tourner.

Je ne porte aucun jugement sur les prêtres et les évêques individuels, mais la tentation est constante de se conformer à ce que tout le monde dit dans le monde sur le changement climatique, le réchauffement de la planète – tous ces mots à la mode. Mais beaucoup de ceux qui en parlent n’ont pas étudié la science qui se cache derrière. La science qui se cache derrière n’est pas une science exacte, et nous devrions donc être très prudents quant au choix de la voie à suivre. La seule dans laquelle tous les chrétiens veulent s’engager est celle de l’Évangile et des valeurs de l’Évangile, en laissant de côté toutes les autres, qu’elles viennent des Nations unies, des ONG, des autorités locales ou régionales, des nations, de l’Union européenne.

Nous voulons aussi inspirer ces gens, non pas être dirigés par eux, mais les diriger. C’est là l’essentiel.

Mots Clés :
Share This