Réaction à chaud (mise à jour). La nouvelle a été annoncée hier par la salle de presse du Vatican (cf. www.vaticannews.va), la consécration aura lieu le 25 mars, jour où l’on célèbre l’Annonciation, et tous les catholiques se réjouissent (enfin, presque tous..).

Comme je l’ai déjà dit, la crise ukrainienne est une occasion de rebattre les cartes, en particulier pour des politiciens en mal de consensus (on le voit bien en France avec Emmanuel Macron). Cette fois, elle procure au Pape l’opportunité inespérée de sortir par le haut d’un pontificat qui s’épuise (ou qui, selon certains, vire même au désastre) et de rester dans l’histoire comme le Pape qui a contribué comme médiateur avec le Ciel à rétablir la paix en Ukraine (espérons…). Après tout, tant mieux, si c’est pour une cause comme celle-là. Quelles que soient ses motivations, qui peuvent être de nature variée, c’est lui, en principe, le vicaire du Christ (à ce propos, il m’étonnerait beaucoup qu’il n’ait pas consulté Benoît XVI).

Aujourd’hui, l’heure est grave, et la conversion demandée par Notre-Dame de Fatima, tant de la Russie que de l’Occident est malheureusement plus éloignée que jamais. Mais on sait que « Dieu écrit droit sur des lignes courbes » et nous n’avons pas d’autre choix que de nous remettre à lui… à travers son vicaire.

En attendant, il faut continuer à prier sans relâche pour la paix.

Articles précédents

Mots Clés : ,
Share This