A chaque jour sa propagande vaccinale, y compris venant du Vatican. Dernier exemple en date, le message urbi et orbi dont nous parlions hier. Ici, Giuseppe Nardi décrypte le message des intentions de prière du Pape pour avril 2021. Il y est question – bien que le mot ne soit pas prononcé – de « droit fondamental » au vaccin. Surprenant, si l’on pense que le message en question avait été formulé bien avant le début de la pandémie.

POUR LE PAPE FRANÇOIS, LA VACCINATION CONTRE LE COVID EST UN « DROIT FONDAMENTAL ».

La nouvelle « vidéo » du pape. Pas un mot sur les risques et les effets secondaires

Giuseppe Nardi
katholisches.info
7 avril 2021
Traduction d’Isabelle

(Rome) A chaque jour sa propagande vaccinale – et le Vatican ne fait pas exception. La nouvelle « vidéo du pape » pour le mois d’avril vient de sortir. L’intention de prière de François s’y exprime ainsi : « La vaccination pour tous ». Par la référence implicite à un « droit au vaccin », la vaccination contre le coronavirus est définie comme un « droit fondamental ». Mais comment cela se peut-il si les intentions de prière pour 2021 avaient déjà été formulées et rendues publiques avant le début de la crise du coronavirus ?

Le 13 février 2020 déjà, Vatican News, le site officiel des informations vaticanes, divulguait les intentions de prière du pape François pour 2021 sous le titre : « Fraternité, droits, femmes, mission ». Pour le mois d’avril, l’intention était : « Les droits fondamentaux ». Rien depuis lors, n’a été modifié ni dans les intentions, ni dans leurs formulations :

« Prions pour ceux qui risquent leur vie en s’engageant pour les droits fondamentaux dans les dictatures, sous des régimes autoritaires et, en temps de crise, même dans les démocraties. »

La traduction allemande (« in Demokratien ») ne rend pas précisément la formulation originelle, où il est question de « démocraties en crise ».

Les intentions de prière pour 2021 ont été présentées le 13 février 2020 par le Père Frèderic Fornos, s.j., directeur international du « Réseau mondial de prière du pape ». Cet apostolat de la prière a vu le jour en 1844 grâce à un jésuite français. Depuis 1896, selon le souhait du pape Léon XIII, la responsabilité de cet apostolat de la prière incombe au Supérieur général des jésuites qui en nomme le directeur international.

Lorsque le P. Fornos a présenté les intentions de prière pour 2021, il n’était encore question ni d’une « pandémie » ni d’un vaccin qui serait la « panacée ». Au moment où les intentions ont été rédigées, c’est à dire au cours de l’automne 2019, puis approuvées, on ignorait jusqu’au mot même de « coronavirus ».

Depuis lors, un subtil chemin a été parcouru. Les vidéos sont produites après coup et les propos du pape sont donc susceptibles de recevoir une formulation en prise sur l’actualité. Dans la « vidéo du pape » pour le mois d’avril, le message « corona » est présenté de manière subliminale : au thème des « droits fondamentaux pour tous » est associée l’image d’une vaccination qui apparaît à l’écran.

Le pape François, dont on entend la voix en arrière-fond, dit à ce moment :

« Tout homme a droit à son développement intégral, et ce droit fondamental ne peut être refusé par aucun État ».

Le message subliminal peut dès lors se formuler ainsi : le vaccin pour tous, la vaccination pour tous. C’est là, selon le pape François, « un droit fondamental », indispensable à un « développement intégral ».

Depuis l’automne 2020, François s’est fait, au niveau mondial, le principal avocat de la vaccination de masse, par ailleurs contestée. Il est, pour l’agenda « corona », le « testimonial » global. Le terme anglais de « testimonial » (que l’on peut traduire par « témoin », ou « référence ») désigne dans la publicité les promotions concrètes d’un produit, d’un service, d’une idée ou d’une institution à travers une personne, bien connue du groupe-cible et dont les interventions accroissent la crédibilité du message publicitaire (Wikipedia).

François, ce faisant, ne pourvoit ni à l’information, ni à la transparence, ni à l’éclairage que prescrivent les règlements en matière de publicité pour les médicaments. Il n’a soufflé mot jusqu’ici ni des risques ni des effets secondaires. L’Agence européenne des Médicaments (AEM) a recensé, jusqu’au 3 avril, dans la base de données européenne de pharmacovigilance, 5 993 décès après vaccination. Cela représente, en seulement trois mois et demi, plus de cas que dans les 26 années écoulées depuis la création de l’AEM.

Le pape François intervient, comme autorité morale supérieure, en faveur d’un objectif politique ou plutôt, comme on pourrait aussi le dire, est enrôlé à cet effet. Le 25 septembre 2015, François a été le seul orateur officiel lors du sommet de l’ONU au cours duquel ont été fixés les objectifs pour un développement durable (Sustainable Development Goals), c’est à dire la politique mondiale jusqu’en 2030. On lui accorda le privilège, unique à ce jour pour un chef de l’Eglise et pour un dirigeant religieux, de donner sa bénédiction à l’agenda mondialiste de l’ONU. De la même manière, il agit à présent en porte-voix principal de l’agenda politique globaliste, en l’occurrence pour la vaccination Corona. Les critiques voient déjà dans cette vaccination une nouvelle « idole », contre laquelle même des milieux catholiques ne sont pas protégés.

Mots Clés : ,
Share This